Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitements médicaux chez la femme ayant des myomes symptomatiques en période d’activité génitale - 25/06/13

Doi : 10.1016/j.lpm.2013.02.318 
Martin Koskas 1 , Jean Derrien 2,
1 Hôpital Bichat, service de gynécologie obstétrique, 75018 Paris, France 
2 Collège de gynécologie Rhône-Alpes, 69006 Lyon, France 

Jean Derrien, Collège de gynécologie Rhône-Alpes, 46, cours Président-Franklin-Roosevelt, 69006 Lyon, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Key points

The most frequent symptom with leiomyoma is menometrorrhagia. However, it can be responsible of pelvic pain, dysmenorrhea or urinary and digestive compression when it is particularly voluminous.

If no therapy is able to have them disappear, various drugs may reduce their related symptoms.

Tranexamic acid, non-steroidal anti-inflammatory drugs and high dose of oestrogen may be useful in the management of acute hemorrhagic disorders. Progestin, such as lynestrenol induces small reduction in leiomyoma volume and moderate increase in hemoglobin level before surgery.

Pregnane and nor-pregnane may improve menstrual bleeding in short or mild delays. The use of GnRH agonists can reduce menstrual bleeding with hemoglobin recovery. Add-back therapy using tibolone seems interesting since secondary effects encountered with GnRH agonists may be reduced.

Levonorgestrel-releasing intrauterine system is proven to reduce increased menstrual bleeding and restore hemoglobin level.

Aminoglutethimide and fadrozole have been underevaluated to conclude when letrozole seems as efficient as GnRH agonists to reduce leiomyoma volume and provide less hotflushes. Anastrozol is associated with reduction in leiomyomata volume, pain and menstrual bleeding.

Mifepristone reduces the size of uterine leiomyomata, improves symptomatology, but could be associated with development of endometrial hyperplasia. SPRM evaluated in females have shown to improve leiomyoma related symptomatology.

Ulipristal could be useful to reduce leiomyoma related symptoms in short terms.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

Les ménométrorragies sont le symptôme le plus fréquemment associé aux myomes. Ceux-ci peuvent également être une source de gêne pelvienne, voire de douleurs à type de dysménorrhée et à l’extrême de phénomènes de compression mécanique urinaire ou digestive.

Si aucun traitement n’est susceptible de les faire disparaître, différents médicaments permettent d’en réduire les symptômes. À l’exception de l’acide méfénamique, tous les traitements évoqués dans ce texte sont soit des composés induisant une anovulation soit des composés contre-indiqués au cours de la grossesse. D’où la place très limitée du traitement médical dans la prise en charge de l’infertilité en relation avec un myome.

L’acide tranexamique, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou une forte dose d’estrogène peuvent être indiqués dans les épisodes hémorragiques aigus. Concernant les progestatifs, le lynestrénol permet une réduction modeste de volume des myomes et une augmentation modérée du taux d’hémoglobine avant chirurgie.

Les progestatifs oraux prégnanes et nor-prégnanes peuvent permettre une amélioration du profil de saignement à court-moyen terme. L’utilisation des agonistes de la GnRH peut permettre une réduction des saignements accompagnée d’une restauration d’un taux d’hémoglobine proche de la normale en pré opératoire. L’adjonction de tibolone aux agonistes de la GnRH semble intéressante puisque l’amélioration du profil de saignement paraît conservée alors que les effets secondaires classiquement rencontrés avec la GnRH semblent réduits.

Le bénéfice du stérilet à la progestérone sur les symptômes liés aux myomes est établi concernant la réduction des saignements et la restauration des taux d’hémoglobine.

La mifépristone permet une réduction de la taille des myomes ainsi qu’une amélioration des symptômes qui y sont associés. Les modifications endométriales (hyperplasie sans atypie) décrites après trois mois de traitement sont en cours d’évaluation.

Les autres SPRM évalués chez la femme permettent une amélioration des symptômes liés aux myomes et l’ulipristal a obtenu l’AMM dans cette indication.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2013  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 7-8

P. 1122-1126 - juillet 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Myomectomie
  • Jean-Luc Brun, Guillaume Legendre, Sofiane Bendifallah, Hervé Fernandez
| Article suivant Article suivant
  • Embolisation dans le traitement des myomes
  • Vanessa Kahn, Jean-Pierre Pelage, Henri Marret

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.