Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Embolisation dans le traitement des myomes - 25/06/13

Doi : 10.1016/j.lpm.2013.02.322 
Vanessa Kahn 1 , Jean-Pierre Pelage 2, Henri Marret 3,
1 5, avenue Émile-Deschanel, 75007 Paris, France 
2 CHU de Caen, service de radiologie, 14033 Caen cedex 9, France 
3 Centre hospitalo-universitaire de Tours, hôpital Bretonneau, université François-Rabelais, faculté de médecine de Tours, 37044 Tours cedex 1, France 

Henri Marret, Centre hospitalo-universitaire de Tours, hôpital Bretonneau, université François-Rabelais, faculté de médecine de Tours, 2, boulevard Tonnelé, 37044 Tours cedex 1, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Key points

Myoma treatment by uterine artery embolisation (UAE) using non-spherical PVA particles or calibrated tris-acryl microspheres>500μm is effective in more than 90 % of cases in the short-term. In the long-term, menorrhagia, bulk-related symptoms and pelvic pain are significantly improved or eliminated in 75 % of cases at 5 to 7 years. At 6 months, uterine volume reduction and larger myoma volume reduction varies between 30 to 60 % and 50 to 80 % respectively. During hospital stay the complication rate is very low, less than 3 % mostly urinary infection and pain. Secondary hysterectomy for complication is less than 2 % at 3 months. Definitive amenorrhea is reported in less than 5 % of cases in women of more than 45-year of age. No significant impact of embolization on hormonal function has been reported in women less than 45 years with normal baseline function. UAE is not indicated for submucous myomas.

Randomized studies comparing embolization to hysterectomy demonstrate that reinterventions are more frequently performed after embolization. Secondary hysterectomy is performed in 13 to 24 % of cases at 2 years and in up to 28 % of cases at 5 years. Hospital stay, duration of recovery and time off work are shorter after embolization compared to hysterectomy. Embolization is cheaper than hysterectomy at 12 and 24 months even taking into consideration the additional costs of imaging and reinterventions. UAE is a good alternative treatment in women with unique myoma of less than 10cm and multiple myomas around 15cm. This treatment should be proposed to women each time possible.

Randomized studies comparing embolization to myomectomy demonstrate that in the short and mid-term there is no difference in terms of control of menorrhagia and bulk-related symptoms. Uterine volume reduction and quality of life were not different at 6 months. Periprocedural and 30-day complication rates are not different. At 6 months, the rate of complications is higher after myomectomy. Reinterventions are more frequent after embolization compared to myomectomy. Hospital stay, duration of recovery and time off work are shorter after embolization compared to myomectomy. UAE is less aggressive than myomectomy and should be proposed as a conservative alternative treatment.

Embolization should be considered with caution in pregnancy-seeking women since there is still a lack of good quality data available in the specific group of patients. FSH level is more frequently elevated after embolization compared to myomectomy.

Pregnancy rate and term pregnancy rate are higher after myomectomy compared to embolization. Spontaneous abortion is more frequent after embolization than after myomectomy. At this time, UAE is not indicated excepted in studies or in specific cases when the woman want a pregnancy.

Embolization performed before myomectomy (preoperative or combined procedures) can be discussed for an individual patient but there is not enough data to support its routine use.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

L’embolisation des artères utérines aux particules non sphériques de PVA ou aux microsphères de tris-acryl de plus de 500μm traite efficacement les ménorragies, les symptômes de compression et les douleurs pelviennes dans 90 % des cas à court terme. À long terme, l’efficacité sur les ménorragies et les symptômes de compression est de 75 % à cinq à sept ans.

La réduction du volume utérin à six mois varie entre 30 et 60 % et la réduction de volume du myome dominant varie entre 50 et 80 % à six mois.

Le taux de complications est évalué à 3 % en cours d’hospitalisation. Le taux d’hystérectomie pour complication est inférieur à 2 % à trois mois. Le taux d’aménorrhée définitive est inférieur à 5 % chez les femmes âgées de moins de 45ans.

Il n’existe pas d’impact significatif de l’embolisation sur la fonction hormonale chez les femmes de moins de 45ans présentant un bilan hormonal préalable normal.

Le taux d’hystérectomie secondaire pour inefficacité ou récidive clinique est de 14 à 28 % à cinq ans. Les durées d’hospitalisation, de convalescence et d’arrêt de travail sont inférieures après embolisation qu’après hystérectomie ou myomectomie. Le coût de l’embolisation est inférieur à celui de l’hystérectomie à 12 mois et à 24 mois, y compris en prenant en compte le coût de l’imagerie et des réinterventions.

Les études comparant l’embolisation à la myomectomie montrent qu’à court et moyen terme, il n’existe pas de différence entre les deux traitements en termes d’efficacité sur les ménorragies ou les symptômes de compression, en termes de réduction du volume utérin ou de qualité de vie à six mois. Les taux de complications périopératoires et à 30jours sont équivalents entre les deux traitements. Le taux de complications à six mois est plus élevé après myomectomie qu’après embolisation. Le taux de réintervention est plus élevé après embolisation qu’après myomectomie.

L’embolisation chez les femmes désireuses de grossesse doit être discutée au cas par cas car il existe peu d’études randomisées permettant de recommander l’embolisation alternative à la myomectomie.

L’embolisation avant myomectomie ou hystérectomie (préopératoire ou technique combinée) peut se discuter au cas par cas mais il n’existe pas de preuve suffisante de son intérêt.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 7-8

P. 1127-1132 - juillet 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Traitements médicaux chez la femme ayant des myomes symptomatiques en période d’activité génitale
  • Martin Koskas, Jean Derrien
| Article suivant Article suivant
  • Traitement des myomes : quelle est la place de l’hystérectomie et selon quelle technique ?
  • Géraldine Giraudet, Julien Niro, Jean-Philippe Lucot, Pierre Panel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.