S'abonner

L’Homme fossile d’Asselar (actuel Mali). Étude critique, mise en perspective historique et nouvelles interprétations - 07/07/13

Doi : 10.1016/j.anthro.2013.06.002 
Amélie Vialet a, , Lucile André b, Louiza Aoudia c
a Institut de paléontologie humaine, fondation Albert Ier, Prince de Monaco, 1, rue René-Panhard, 75013 Paris, France 
b Laboratoire d’anthropologie biologique « Paul Broca » de l’EPHE, Bat-B8, avenue des Facultés, 33405 Talence cedex, France 
c CNRS, UMR 7041, équipe ethnologie préhistorique, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, 21, allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 17
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Au cours de la célèbre mission Augiéras-Draper effectuée en 1927 et 1928, de Dakar à Alger, à travers le Sahara, un squelette humain a été découvert par T. Monod et V. Besnard à proximité du poste militaire d’Asselar au Soudan français (actuel Mali). De retour en France, l’analyse de ce fossile, donné à l’Institut de Paléontologie Humaine, est confiée à M. Boule et H. Vallois. Elle sera publiée en 1932. Après ce premier travail exhaustif, le squelette d’Asselar n’est que peu utilisé dans les études anthropologiques mis à part un regain d’intérêt dans les travaux de O. Dutour dans les années 1990. L’objectif de cet article est de comprendre pourquoi malgré un certain prestige, le spécimen n’a pas joué le rôle auquel il semblait destiné par la singularité de sa position géographique et chronologique. Dans ce but, les publications du premier tiers du xxe siècle et les archives relatives à cette découverte ainsi que le squelette lui-même ont fait l’objet d’une nouvelle analyse. Les résultats montrent que le manque de précision quant à sa mise au jour et à sa datation ont rendu le fossile d’Asselar difficile à utiliser dans une perspective anthropologique. De plus, l’étude de Boule et Vallois l’a confiné à une discussion, vive dans les années 1930, celle de la « race » de Grimaldi créée par R. Verneau en 1906, tombée en désuétude depuis. Enfin, l’examen du squelette d’Asselar, selon les principes de l’archéo-anthropologie, a permis d’attester, pour la première fois, d’un contexte de sépulture. La réhabilitation du fossile d’Asselar ouvre maintenant de nouvelles perspectives qui pourront bénéficier des techniques actuelles (datation, génétique, imagerie 3D…) et contribuer pleinement aux discussions relatives au peuplement de l’Afrique du Nord.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

During the well known Augiéras-Draper mission which took place in 1927 and 1928 between Dakar and Alger through the Sahara desert, T. Monod and V. Besnard discovered a human skeleton near the military post of Asselar in French Sudan (current Mali). Back in France, the fossil was given to the Institut de Paléontologie Humaine where M. Boule and H. Vallois were in charge of its study. This work was then published in 1932. After this first exhaustive study, Asselar man was barely used in anthropological studies, with the exception of O. Dutour's works in the 90's. The goal of this study is to understand why, despite some prestige, this fossil didn’t have the importance he was fated with its geographical and chronological position. Publications of the first third of the twentieth century, archives about this discovery and the skeleton it-self are in the center of this new analysis. Results show that because of the lack of specification about its unearthing and its dating, Asselar fossil is hardly usable in an anthropological perspective. It although shows that Boule et Vallois limited the study of this fossil to a discussion about the Grimaldi “race”, designation not use anymore. This race was created in 1906 by R. Verneau and the discussion of the relation between Asselar man and Grimaldi race was a virulent debate at this time. Finally, the study of Asselar skeleton with archeo-anthropological principles gave the opportunity to demonstrate, for the first time, a sepulchral context. This rehabilitation of Asselar fossil gives new perspectives which would be investigate with new approaches in dating, genetics, 3D imaging… and will fully contribute to discussions about North Africa peopling.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Archéo-anthropologie, Taphonomie, Sépulture, Epistémologie, « Négroïdes », « Race » de Grimaldi, « Vénus hottentote », Boschimans

Keywords : Archaeoanthropology, Taphonomy, Burial, Epitesmology, “Negroids”, “Race” of Grimaldi, “Hottentot Venus”, Bushmen


Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 117 - N° 3

P. 345-361 - juin 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les néandertaliens de la Caverna delle Fate (Finale Ligure, Italie). II – Les dents
  • Marie-Antoinette de Lumley, Giacomo Giacobini
| Article suivant Article suivant
  • Spreitenbach-Moosweg (Aargau, Schweiz) : ein Kollektivgrab um 2500 v. Chr./Spreitenbach-Moosweg (Argovie, Suisse) : une sépulture collective vers 2500 av. J.-C. T. Doppler (sous la dir.). Publication d’Archéologie Suisse (Antiqua, 51), Bâle (2012). 336 pp., 143 fig. en N&B et en couleur, 22 tableaux, bibliogr. pp. 323–333. ISBN : 978-3-908006-43-5
  • Alain Beyneix

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.