Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ruptures du ligament croisé antérieur au cours du cycle menstruel chez les skieuses de loisir - 05/09/13

Doi : 10.1016/j.rcot.2013.03.045 
N. Lefevre a, , b , Y. Bohu a, b, S. Klouche a, J. Lecocq c, S. Herman a, b
a Clinique du sport Paris V, 36, boulevard Saint-Marcel, 75005 Paris, France 
b Institut de l’appareil locomoteur Nollet, 75017 Paris, France 
c Hôpitaux universitaires de Strasbourg, 67098 Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les femmes auraient quatre à huit fois plus de risque que les hommes d’avoir une rupture du ligament croisé antérieur (LCA). Ce risque semble plus important lors de la phase pré-ovulatoire du cycle menstruel que durant la phase post-ovulatoire. L’objectif principal de l’étude était de décrire la répartition des lésions du LCA au cours du cycle menstruel dans une large population de skieuses de loisir.

Patientes et méthodes

Une étude prospective a été réalisée durant la saison 2010–2011 auprès des femmes ayant présenté une rupture du LCA lors de la pratique du ski. Un questionnaire était rempli par la patiente lors de la consultation avec le médecin de montagne. Les patientes étaient invitées à préciser la date des dernières règles (DDR) et leur méthode contraceptive. Sur les 229 ruptures diagnostiquées, 57 patientes ont été exclues : 41 âgées en moyenne de 47±9ans n’étaient plus réglées et 16 avaient des cycles irréguliers ou une DDR supérieure à 30jours. Cent soixante-douze patientes âgées en moyenne de 34±8,7ans ont été incluses.

Résultats

Cinquante-huit (33,72 %) étaient en phase folliculaire, 63 (36,63 %) en phase ovulatoire et 51 (29,65 %) en phase lutéale. La différence par rapport à la distribution théorique (risque identique quel que soit le jour du cycle menstruel) était fortement significative (χ2=48,32 ; p=0,00001). Cinquante-trois patientes sur 172 (30,8 %) étaient sous contraceptifs oraux. Les lésions du LCA étaient 2,4 fois plus nombreuses en phase préovulatoire qu’en phase post-ovulatoire aussi bien chez les patientes sous contraceptifs oraux que celles ayant un autre mode contraceptif : 85/119 (71,4 %) vs 36/53 (67,9 %), p=0,64.

Conclusion

Cette série confirme que le risque de rupture du LCA au ski chez la femme n’est pas constant durant le cycle menstruel, les lésions étant 2,4 fois plus nombreuses en phase pré-ovulatoire qu’en post-ovulatoire. La contraception orale ne semble pas avoir d’effet protecteur.

Niveau d’évidence

IV. Étude rétrospective de cohorte.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : LCA, Risque d’accident, Cycle menstruel, Skieuses


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais celle de l’article original paru dans Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research, en utilisant le DOI ci-dessus.


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 99 - N° 5

P. 476-481 - septembre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Ostéosynthèse mini-invasive des fractures fémorales inter-prothétiques de type B et C
  • M. Ehlinger, J. Czekaj, P. Adam, D. Brinkert, G. Ducrot, F. Bonnomet
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation du traitement chirurgical de la rupture du tendon calcanéen sur une série de 31 athlètes
  • R. Jallageas, J. Bordes, J.-C. Daviet, C. Mabit, C. Coste

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.