Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les symptômes prodromiques de la schizophrénie - 17/02/08

Doi : ENC-12-2003-29-6-0013-7006-101019-ART1 

C. EL KHAZEN [1],

F. CHAUCHOT [1],

O. CANCEIL [1],

M.-O. KREBS [2],

F.-J. BAYLÉ [2]

Voir les affiliations

Résumé

La notion de symptôme prodromique de la schizophrénie est sujet à controverse. Les auteurs reconnaissent l'existence des signes précoces spécifiques et non spécifiques précédant le premier épisode psychotique ou les rechutes. C'est leur capacité à annoncer l'éclosion de la psychose, c'est-à-dire leur spécificité et leur validité qui ne sont pas encore démontrées. Ces symptômes consisteraient en anomalies comportementales, en signes pseudo-névrotiques, en changements subtils touchant à la fois les domaines cognitifs et affectifs. Une variété d'expériences subjectives anormales se développerait de manière insidieuse et progressive durant la prépuberté et la puberté des futurs patients jusqu'à l'éclosion du premier épisode psychotique. Cependant, un individu peut présenter de tels symptômes prodromiques tout en ne développant pas le trouble, de tels phénomènes pouvant être expliqués par des événements tels que : une crise situationnelle, la prise de toxiques... De plus, le prodrome est un concept de nature rétrospective dont la valeur et la spécificité ne peuvent être affirmées que de manière prospective, la reconstruction affectant la précision de descriptions relatives aux changements précurseurs. Or, les hypothèses récentes, notamment neurodéveloppementales, sur la schizophrénie laissent espérer la possibilité d'intervention précoce, surtout qu'un traitement préventif pourrait améliorer le pronostic de la maladie, la bonne tolérance des nouveaux antipsychotiques autorisant cette attitude. Nous passerons en revue les articles sur ce sujet publiés ces 15 dernières années. Deux attitudes se dégagent : celle des auteurs allemands attachés à la validité de certains symptômes neuro-psychologiques et celle des auteurs anglo-saxons qui repose sur la détection des sujets à risque « d'état mental » - at risk mental state -. Tous s'accordent à dire que la reconnaissance et la description de la période précédant la psychose ne permet pas au niveau actuel de nos connaissances de prédire celle-ci. Certains auteurs préfèrent donc parler de changements psychiques, devant être considérés comme des « états », facteurs de risques de psychose plutôt que de précurseurs inévitables du trouble.

Abstract

Prodromal Symptoms of Schizophrenia

The concept of prodromal symptoms of schizophrenia has frequently been subject to debate. Authors widely admit the existence of early specific and non-specific signs preceding the first psychotic episode ; however, they have yet to clearly demonstrate their ability to predict and specify the outbreak of a psychosis. These prodromal symptoms consist of behavioral abnormalities, pseudo-neurotic signs, subtle cognitive and affective changes. All these symptoms vary from patient to patient. In general, it is widely believed that future patients go through a variety of abnormal, subjective experiences that progressively develop during their pre-puberty and puberty periods. However, the limit of this assessment is that an individual could present the same prodromal symptoms without necessarily developing a psychotic illness, as a result of toxic intake, a situational crisis, etc. Furthermore, while the prodrome is a retrospective concept, its value and specificity can only be prospective, given that patients' descriptions of pre-morbid changes may be corrupted by inefficient memory reconstruction. DSM III-R included prodromal symptoms ; individual presenting such symptoms would potentially present psychopathological vulnerability to psychosis regardless of associated genetic risk. Several investigations have shed doubts on their measurement's reliability ; therefore, this classification is no longer present in the latest version (DSM IV). Moreover, recent neurodeveloppemental hypothesis on schizophrenia have paved the way for possible early intervention, especially because early treatments could well improve illness prognosis. This viewpoint is reinforced by the improved tolerance of new anti-psychotic treatment. In this report, we review the key articles published over the last 15 years on this matter. We distinguish two schools of thought : on one hand, the German school referring to the validity of particular neuro-psychological symptoms : attention, perception, proprioperception which can be assessed with many evaluation tools : PAS, TDI, BSABS, SPI-A. The German school points to the fact that patients experimenting such changes could potentially be aware of their state. On the other hand, the Anglo-Saxon school refers to the detection of an « at risk » population. The Anglo-Saxons no longer refer to « prodromal symptoms » but rather to a « prodromal period » that extends to about one year. This period would begin with the patient's first behavioral changes and extend until the first psychotic episode. Both schools agree that, at this stage, neither the recognition nor the description of the period preceding psychosis allows to effectively predict it. As a result, some authors continue to refer to psychological changes forming a risk factor for the development of subsequent psychosis, rather than clear predictors of inevitable illness. As for relapses, prodromal signs and symptoms found in schizophrenic patients are both specific and non-specific. In most cases, patients experiment perceptions and behavioral changes before psychosis exacerbation. It is not uncommon for a substantial increase in prodromal symptoms to be followed by degradation in psychotic symptoms. On the other hand, many such increases in psychotic symptoms were not preceded by increases in possible prodromal symptoms ; hence their importance in identifying the timing of an intervention, but many relapses will occur regardless of the detection of said symptoms.


Mots clés : Détection précoce ; , Prodromes ; , Psychoses ; , Rechutes ; , Schizophrénie ; , Vulnérabilité.

Keywords: Early detection ; , Prodromes ; , Psychosis ; , Relapses ; , Schizophrenia ; , Vulnerability.


Plan



© 2003 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 29 - N° 6

P. 469-477 - décembre 2003 Retour au numéro
Article suivant Article suivant
  • Benzodiazépines et passage à l'acte criminel
  • L. MICHEL, J.-P. LANG

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.