Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Immunoglobulines monoclonales « bénignes » - 01/01/95

[13-014-F-10]
Jean Sibilia : Chef de clinique-assistant
Service de rhumatologie, CHU de Hautepierre, avenue Molière, 67098  Strasbourg cedex France
Jean-Paul Fermand : Professeur des Universités, praticien hospitalier
Service d'immunohématologie, hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefaux, 75475  Paris cedex 10 France
fr
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Hématologie et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Le concept d'immunoglobuline (Ig) monoclonale repose sur la détection dans le sérum et/ou les urines de molécules d'Ig identiques produites par des plasmocytes appartenant à un clone unique, sans préjuger du caractère bénin ou malin de ce clone. La découverte d'une Ig monoclonale est un problème fréquent qui justifie une démarche en trois étapes.

  • Le diagnostic et la caractérisation d'une Ig monoclonale nécessitent une étude immunochimique des protides sanguins et urinaires.
  • La détection des complications directement liées au composé monoclonal, qu'il existe ou non une prolifération lymphoïde patente, dépend des caractéristiques physicochimiques et de l'activité autoanticorps de l'Ig monoclonale.
  • La recherche d'une prolifération lymphoïde sécrétant l'Ig monoclonale implique des explorations qui varient selon l'isotypie. Quand il s'agit d'une IgM monoclonale, il faut évoquer avant tout une macroglobulinémie de Waldenström ou une leucémie lymphoïde chronique alors qu'une IgG, une IgA ou une chaîne légère monoclonale doit faire rechercher une prolifération plasmocytaire diffuse (myélome multiple) ou localisée (plasmocytome solitaire). Dans deux tiers des cas, l'Ig monoclonale est apparemment isolée, sans aucune prolifération lymphoïde ou plasmocytaire décelable d'où la terminologie d'Ig monoclonale « bénigne ». En fait, seule une surveillance très prolongée permet de s'assurer qu'il s'agit bien d'une forme « bénigne ». Cette évolution imprévisible justifie donc que l'on parle initialement d'Ig monoclonale « apparemment bénigne » ou de « signification indéterminée » par analogie avec le terme anglo-saxon MGUS (« monoclonal gammopathy of undetermined significance ») .
  • Plan

    fr

    © 1995  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS - Tous droits réservés

    Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
    Export

      Export citations

    • Fichier

    • Contenu

    Article suivant Article suivant
    • Aspects morphologiques des cellules sanguines normales
    • E. Cornet, X. Troussard

    Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
    L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

    Déjà abonné à ce traité ?

    Mon compte


    Plateformes Elsevier Masson

    Déclaration CNIL

    EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

    En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
    Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
    Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.