Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Exposition au stress psychosocial chez les salariés des Pays de la Loire en 2002    - 17/02/08

Doi : ENC-4-2007-33-2-0013-7006-101019-200730016 

Y. Roquelaure [1],

C. Ha [2],

B. Gohier [3],

C. Dano [1],

A. Touranchet [4],

A. Leclerc [5],

E. Imbernon [2],

M. Goldberg [2],

(et68médecinsdutravaildesservicesmédicauxdutravaildesPaysdelaLoire) [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction – Un réseau de surveillance épidémiologique des affections périarticulaires et de leurs facteurs de risque en milieu de travail a été mis en place dans la région des Pays de la Loire depuis 2002. Sont rapportées ici uniquement les données concernant les facteurs de stress au travail. Méthodes – La surveillance épidémiologique a concerné, en 2002, 1 495 salariés (895 hommes, 600 femmes) représentatifs des salariés de la région. Les trois dimensions psychosociales du modèle « demande-autonomie » de Karasek (demande psychologique, latitude décisionnelle, soutien social au travail) ont été évaluées à l’aide du Job Content Questionnaire de Karasek avant la consultation de médecine du travail. Résultats – Environ 17 % des salariés sont exposés à une forte demande psychologique en disposant d’une faible latitude décisionnelle pour y faire face. Les situations de « tension au travail » combinant forte demande psychologique et faible latitude décisionnelle, associées ou non à un isolement social, sont particulièrement fréquentes, d’une part, dans les industries fortement taylorisées (industries agro-alimentaire, automobile) et, d’autre part, dans les services caractérisés par des contraintes marchandes très fortes comme le commerce et les services aux entreprises. Discussion – L’étude confirme que l’exposition au stress professionnel n’est pas l’apanage des cadres, mais concerne un grand nombre d’agents de la fonction publique et d’employés et d’ouvriers du secteur privé. En effet, si les professions fortement qualifiées sont caractérisées par une forte demande psychologique, les individus disposent d’une latitude décisionnelle importante leur permettant de développer leurs capacités. Les professions peu qualifiées sont généralement confrontées à une moindre demande psychologique que les cadres. Cependant, à la différence des cadres, les individus ne disposent pas le plus souvent d’autonomie décisionnelle suffisante pour y faire face, ce qui est à l’origine de fortes tensions psychologiques, notamment lorsque le soutien social du collectif de travail et de la hiérarchie est faible. Conclusion – L’étude confirme dans un échantillon représentatif de la population active la fréquence de l’exposition aux situations de stress psychosocial en milieu de travail, quelle que soit la catégorie socio-professionnelle. Les déterminants du stress varient en fonction des catégories, ce qui devrait être pris en considération par les programmes de prévention du stress en milieu de travail.

Abstract

Exposure to psychosocial stressors at work in the Pays de la Loire region in 2002

Objective –An epidemiological surveillance system of work-related musculoskeletal disorders of the upper limb (MSDs) was implemented in 2002 in the Pays de la Loire region to assess the prevalence of the MSDs and their biomechanical and psychosocial risk factors in the working population. We will report here only the results concerning the exposure to psychosocial stress in the work environment. According to the Karasek « demand-autonomy » model, high psychological work demands may increase risk of ill health, particularly if there is a low level of decision latitude for the employees and low social support by the hierarchy or colleagues. Methods –In 2002, 68 out a total of 400 occupational physicians volunteered to participate in the surveillance program and included 1 495 workers (895 men, 600 women) representative of the region’s workforce. Work history and work environment were assessed by a self-administered questionnaire before the compulsory annual visit of occupational physicians. Exposure to psychosocial stress at work was assessed with the Job Content Questionnaire (JCQ) developed by Karasek. The three scales of decision latitude, social support and psychological demands were calculated using Karasek’s recommendations. Results –The mean scores of psychological demands, decision latitude and social support were 69.3 ± 12.7 ; 22.3 ±  3.2; 24.0 ± 3.5, respectively. No differences were observed according to gender and age. A third of the workers were exposed to high psychological demands at work and most of them (61 %) had little decision latitude to cope with work constraints. About 28 % of workers suffered from a lack of social support from their colleagues or supervisors. Overall, about 17 % of workers were exposed to a situation of « Job strain » (ie a combination of a high level of psychological demands and a low level of decision latitude) and 7 % were exposed to a situation of « Job strain » with social isolation (« Job strain » with low social support). The situations of « Job strain », associated or not with a low level of social support, were particularly frequent in industries with taylorized work organisation, like the food industry and automobile industry, and in services characterised by strong merchant constrains, such as trade and cleaning services, for example. The frequency of « Job strain », with or without social isolation, was almost double in temporary workers. Discussion – This study confirms that in a representative sample of workers, the exposure to occupational stress is not limited to managers and professionals, but concerns also a large number of employees and blue-collar workers of the public and private sectors. In general, the strongly qualified occupations are characterised by a high level of psychological demands, but individuals have large decision latitude to cope, which allows them to develop their capacities. The less qualified occupations are generally less confronted with a high level of mental demands than the managers and professionals. However, these individuals do not have enough decision latitude to cope with psychological demands which could lead to a high level of « Job strain », notably in the case of lack of social support from the supervisors and the colleagues. Conclusion –The study shows that the exposure to occupational stress is not limited to managers and professionals, but also concerns numerous employees and blue-collar workers. The determinants of work strain differ depending on occupations and this should be taken into consideration when implementing prevention programs for stress at work.


Mots clés : Catégories socio-professionnelles , Épidémiologie , Stress psychosocial , Travail.

Keywords: Epidemiology , Psychosocial stress , Socioprofessional status , Work.


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 2

P. 160-168 - avril 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs prédictifs de la récidive du comportement suicidaire chez des patients souffrant d’un trouble de personnalité borderline 
  • L. Cailhol, C. Damsa, L. Marclay, Y. Burnand, C. Lazignac, A. Andreoli
| Article suivant Article suivant
  • Conceptualisation et validation factorielle d’un questionnaire mesurant le profil émotionnel : Emotional State Questionnaire (ESQ)   
  • C. Cassé-Perrot, E. Fakra, E. Jouve, O. Blin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.