Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évaluation cognitive lors de la radiothérapie cérébrale chez l’adulte : vers un outil simple d’évaluation - 19/09/13

Doi : 10.1016/j.canrad.2013.07.139 
H. Taillia a, , F. Bompaire a, J. Jacob b, G. Noël c
a Service de neurologie, hôpital d’instruction des armées, 74, boulevard de Port-Royal, 75005 Paris, France 
b Service de radiothérapie, hôpital d’instruction des armées, 74, boulevard de Port-Royal, 75005 Paris, France 
c Service de radiothérapie, centre Paul-Strauss, 67000 Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La radiothérapie cérébrale peut être utilisée dans le cadre du traitement des cancers dans différents protocoles thérapeutiques : radiothérapie focale, encéphalique in toto, avec ou sans complément de dose dans le lit tumoral. Différentes modalités (radiothérapie conformationnelle, stéréotaxique, etc.) peuvent être utilisées, à visée curative ou prophylactique. La radiothérapie cérébrale entraîne une détérioration cognitive qui aboutit à un profil d’atteinte sous-corticale. Ce trouble cognitif peut s’associer à une leucopathie radio-induite visible en IRM. La prise en compte des troubles cognitifs radio-induits est un enjeu pour le patient, maintenant que les progrès thérapeutiques permettent une survie prolongée. Concernant les gliomes de bas grade, les troubles cognitifs après radiothérapie apparaissent dans les six ans suivant le traitement, et seraient d’autant plus précoces que la dose par fraction était importante. Le traitement des lymphomes cérébraux primitifs est pourvoyeur de troubles cognitifs chez 25 à 30 % des patients survivants. Ces troubles sont d’autant plus fréquents que le patient est âgé au moment du traitement, ce qui incite à retarder de plus en plus l’utilisation de la radiothérapie chez ces patients. Les patients traités pour des métastases cérébrales ont souvent une atteinte cognitive avant la radiothérapie (jusqu’à 66 % d’entre eux), cette atteinte préthérapeutique étant un bon indicateur de survie globale. L’utilisation de la radiothérapie conformationnelle, notamment avec épargne hippocampique, est conceptuellement intéressante mais n’a pas encore prouvé son efficacité en termes de préservation cognitive dans les essais cliniques. La radiothérapie stéréotaxique pourrait être un compromis intéressant entre réduction du volume tumoral métastatique et préservation cognitive. La prise en charge des troubles cognitifs radio-induits est un défi qui nécessite dans un premier temps, avant d’envisager les aspects de leur prévention et de leur traitement, de les dépister de façon simple et fiable. Un test informatisé, réalisé en 90 secondes —le Computerised Speed Cognitive Test (CSCT) — pourrait être utilisé avant la thérapeutique, puis lors du suivi par l’oncologue médical ou radiothérapeute traitant. Dès la dégradation des performances du patient, celui-ci pourrait être orienté vers un neurologue afin de réaliser des explorations plus complètes de ses capacités cognitives et de lui proposer un traitement le cas échéant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Brain irradiation can be used for the treatment of cancers in different protocols: focal radiotherapy, whole brain radiotherapy, with or without additive dose on the tumour. Different modalities (conformational, stereotactic radiosurgery) can be used for curative or prophylactic treatment. Brain radiotherapy leads to cognitive deterioration with subcortical profile. This cognitive deterioration can be associated to radiation-induced leukoencephalopathy on brain MRI. Taking into account radiation induced cognitive troubles is becoming more important with the prolonged survival allowed by treatment improvement. Concerning low-grade gliomas, radiation-induced cognitive troubles appear about 6years after treatment and occur earlier when the fraction dose is important. Primitive cerebral lymphoma treatment can induce cognitive troubles in 25 to 30% surviving patients. These deficits are more frequent in elderly patients, leading to radiotherapy delay in those patients. Patients treated for brain metastasis often have cognitive impairment before radiotherapy (until 66%), this pretreatment impairment is related to global survival. The use of conformational radiation therapy, particularly with hippocampal sparing is conceptually interesting but has not proved its efficiency for cognitive preservation in clinical trials yet. Stereotactic radiation therapy could be an interesting compromise between metastatic tumoral volume reduction and cognitive preservation. Taking care of radiotherapy induced cognitive troubles is a challenge. Before considering its treatment and prevention, we need to elaborate a way of detecting them using a reliable and easy way. CSCT, a computerized test whose execution needs 90seconds, could be used before treatment and during the clinical follow-up by the patient's oncologist or radiotherapist. If the patient's performance reduces, he can be oriented to a neurologist in order to perform fuller evaluation of its cognitive capacities and be treated if necessary.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Radiothérapie cérébrale, Cognition, Effets secondaires, Tests neuropsychologiques, Métastases cérébrales, Gliome de bas grade

Keywords : Cerebral radiotherapy, Cognition, Adverse effects, Cognitive assessment, Cerebral metastases, Low-grade glioma


Plan


© 2013  Société française de radiothérapie oncologique (SFRO). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 17 - N° 5-6

P. 413-418 - octobre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Radiothérapie cérébrale postopératoire : indication de l’irradiation en conditions stéréotaxiques
  • F. Thillays, M. Doré, S.-A. Martin
| Article suivant Article suivant
  • Quelle place pour l’irradiation panencéphalique avec épargne des hippocampes ?
  • G. Truc, É. Martin, C. Mirjolet, J. Chamois, A. Petitfils, G. Créhange

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.