Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Target-controlled induction with 2.5% sevoflurane does not avoid the risk of electroencephalographic abnormalities - 30/10/13

Induction par inhalation de sevoflurane à objectif de concentration et risque d’anomalies électroencéphalographiques

Doi : 10.1016/j.annfar.2013.07.812 
B. Julliac a, , P. Cotillon a, D. Guehl b, B. Richez a, F. Sztark a
a Service d’anesthésie-réanimation 1, université de Bordeaux, CHU de Bordeaux, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 
b Service d’explorations fonctionnelles du système nerveux, université de Bordeaux, CHU de Bordeaux, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 

Corresponding author.

Abstract

Background

Epileptiform discharges (ED) can occur during sevoflurane induction, especially in young female patients and when high alveolar concentrations are used. The aim of this study was to evaluate whether low sevoflurane concentration reduces the occurrence of ED in female patients.

Methods

Thirty-four female patients scheduled for minor gynecological surgery were prospectively included and randomized in two groups. In group A, anesthesia was induced with sevoflurane inspired 8% manually set via the circuit of the Zeus® (Dräger Medical, Lübeck, Germany) anesthesia workstation (fresh gas flow 8L.min−1) for 2min and then 2.5%. In group B, induction was performed by target-controlled inhalation with a target end-tidal concentration of sevoflurane set at 2.5% (fresh gas flow in auto-control mode). Electroencephalogram (EEG) was recorded in the operating room throughout induction till two min after intubation and analyzed off-line by a neurophysiologist blinded to the randomization.

Results

ED occurred in five patients (15%): one in group A and four in group B (P>0.05). ED occurred with a median delay of 303 s [25–75 interquartiles: 135–418] and the median duration of ED episode was 13 s [3–78]. Fifteen patients had abnormal movements without simultaneous EEG abnormality.

Conclusion

Induction of anesthesia with low target concentration of sevoflurane (2.5%) fails to totally prevent the occurrence of ED in young female patients and should be used carefully in this population.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Lors de l’induction par le sevoflurane, notamment à concentrations élevées, des anomalies électroencéphalographiques peuvent être observées. Le but de ce travail est d’évaluer l’intérêt d’une induction à faible concentration en mode objectif de concentration.

Patients et méthodes

Après recueil du consentement écrit, 34 patientes ont été incluses dans une étude prospective randomisée à l’occasion d’une chirurgie gynécologique. Elles ont été réparties en deux groupes. Dans le groupe A, l’induction était débutée à une fraction délivrée de 8 % de sevoflurane puis réglée manuellement à 2,5 % (débit de gaz frais à 8L.min−1). Dans le groupe B, l’induction était réalisée intégralement en objectif de concentration à 2,5 % (Zeus®, Dräger Medical, Lübeck, Allemagne). Un électroencéphalogramme était enregistré avant, pendant et peu après la fin de l’induction. L’analyse à distance de cet enregistrement a été réalisée en aveugle par une neurophysiologiste.

Résultats

Des anomalies ont été observées chez cinq patientes (15 %) : une dans le groupe A et 4 dans le groupe B (p>0,05). Ces anomalies sont survenues dans un délai médian de 303 s [25–75 interquartile : 135–418] avec une durée médiane de 13 s [3–78]. Quinze patientes ont présenté des mouvements anormaux pendant l’induction sans rapport avec ces anomalies.

Conclusion

L’induction par inhalation à faible concentration de sevoflurane ne permet pas d’éliminer le risque d’apparition d’anomalies électroencéphalographiques chez la jeune femme. Dans cette population, ce risque doit être pris en compte.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Sevoflurane, Target control inhalation, Electroencephalographic abnormalities

Mots clés : Sévoflurane, Induction à objectif d’inhalation, Anomalies électroencéphalographiques, Halogénés


Plan


© 2013  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 10

P. e143-e148 - octobre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Volatile anesthetic isoflurane inhibits LTP induction of hippocampal CA1 neurons through ?4?2 nAChR subtype-mediated mechanisms
  • M.-H. Piao, Y. Liu, Y.-S. Wang, J.-P. Qiu, C.-S. Feng
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge des complications hémorragiques graves et de la chirurgie en urgence chez les patients recevant un anticoagulant oral anti-IIa ou anti-Xa direct. Propositions du Groupe d’intérêt en Hémostase Périopératoire (GIHP) - mars 2013
  • G. Pernod, P. Albaladejo, A. Godier, C.M. Samama, S. Susen, Y. Gruel, N. Blais, P. Fontana, A. Cohen, J.V. Llau, N. Rosencher, J.F. Schved, E. de Maistre, M.M. Samama, P. Mismetti, P. Sié

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.