Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mise en place d’une revue de morbi-mortalité en médecine générale : à propos d’une expérimentation conduite en Rhône-Alpes - 05/11/13

Morbidity and mortality conference in general practice: About an experiment in Rhône-Alpes

Doi : 10.1016/j.lpm.2013.05.004 
Marc Chanelière 1, 2, 3, , Christian Comte 2, 3, Maud Keriel-Gascou 2, 3, Valérie Siranyan 1, 2, 3, Cyrille Colin 1, 2, 3, 4
1 Université de Lyon, EA santé-individu-société 4129, 69002 Lyon, France 
2 Université de Lyon, 69000, Lyon, France 
3 Université Lyon 1, département de médecine générale, 8, avenue Rockefeller, 69373 Lyon, France 
4 Hospices civils de Lyon, pôle information médicale-évaluation-recherche, 69003 Lyon, France 

Marc Chanelière, université Lyon 1, département de médecine générale, 8, avenue Rockefeller, 69373 Lyon, France.

Summary

A morbidity and mortality conference (MMC) is a collective analysis, retrospective and systemic cases marked by occurrence of death, complication, or event that could cause harm to patient (adverse event).

Objectives

Its aim is the implementation and monitoring of actions to improve the care of patients and patient safety. A group for analysis of adverse events in general practice was created in 2011 in the Rhone-Alps, in order to test the feasibility of a MMC with general practitioners (GPs).

Method

A charter setting out the ethical framework and the terminology, methodology and the role of individual players was drafted. Then a group of volunteers was created among the members of an association of continuing medical education. Each session has been the subject of a report. The evaluation was conducted through interviews with participants, and with an electronic survey of satisfaction.

Results

Since 2011, 12 physicians participated, analysing 36 cases during seven sessions. Reported events were most frequently interested women with a mean age of patients being 48 years (median 46 years). The situations reported were mixed (error diagnostic, therapeutic, adverse drug). Failures are related to care protocols, decision-making, the care environment (frequent disruptive pop) and human factors (caregiver stress). The participants were satisfied with the initiative. Analyses revealed some redundant causes that can be corrected to secure care. Beyond the non-stigmatising approach it may allow doctors to discuss their feelings without making them feel guilty (concept of second victim).

Conclusion

If such initiatives are still not widespread in ambulatory, they should be promoted by organizations. Openness to other caregivers in Ambulatory is a fundamental change desired by the GP. The National Programme for Patient Safety recently published in February 2013 mentions these aspects, emphasizing the key role of the DPC for acquisition techniques analysis of the causes by caregivers

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Une revue de morbi-mortalité (RMM) est une analyse collective, rétrospective et systémique de cas marqués par la survenue d’un décès, d’une complication, ou d’un événement qui aurait pu causer un dommage au patient. Son objectif est la mise en œuvre et le suivi d’actions pour améliorer la prise en charge des patients et la sécurité des soins.

Objectif

Expérimenter une RMM dans le cadre ambulatoire suite à la mise en place en 2011 d’un groupe d’analyse d’incidents en médecine générale dans la région Rhône-Alpes.

Méthode

Une procédure définissant un cadre réglementaire (éthique et terminologique), la méthodologie et le rôle de chaque acteur a été rédigée. Des médecins généralistes ont été sollicités via une association de formation médicale continue (FMC). Chaque séance a fait l’objet d’un compte rendu. Un questionnaire électronique de satisfaction a été soumis aux médecins à l’issue de 18 mois, complété par des entretiens individuels.

Résultats

Au total 12 médecins généralistes ont analysé 36 incidents en sept séances. Les situations analysées étaient variées (erreurs diagnostiques, thérapeutiques, effets indésirables médicamenteux), touchant majoritairement des femmes (22), l’âge moyen des patients étant de 48ans. Des dysfonctionnements redondants ont été identifiés : protocoles de soins, processus décisionnels, environnement de soins (élément perturbateur) et facteurs humains (stress des soignants). Ces défaillances pourraient faire l’objet de mesures correctives adaptées à l’exercice ambulatoire. À l’issue de 18 mois, les participants étaient satisfaits, appréciant de pouvoir exprimer un ressenti sans jugement (notion de soignant seconde victime).

Conclusions

Les RMM sont peu utilisées en médecine ambulatoire ; elles devraient être promues par les organismes de FMC. L’ouverture aux autres soignants est une évolution souhaitable, voulue par les médecins. Le programme national pour la sécurité du patient 2013–2017 souligne le rôle privilégié du développement professionnel continu dans le déploiement de la RMM auprès des soignants.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 42 - N° 10

P. e363-e370 - octobre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Multiplication des alertes sanitaires dans les médias : quelle pertinence ?
  • Jean-Marc Sapori
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge du cancer primitif du vagin chez la femme de plus de 70 ans : intérêt d’une association radiothérapie-curiethérapie
  • Coralie Moncharmont, Antonin Levy, Jean-Baptiste Guy, Pierre Auberdiac, Aurélie Robles, Nadia Malkoun, Cyrus Chargari, Cécile Pacaut, Jean-Philippe Jacquin, Céline Chauleur, Guy de Laroche, Nicolas Magné

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.