Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diabète et nutrition artificielle : principes de prise en charge - 26/11/13

Doi : 10.1016/j.nupar.2013.09.013 
Didier Quilliot a, , Aurélie Malgras a, Nicolas Paquot b, Olivier Ziegler a
a Service de diabétologie-maladies métaboliques et nutrition, unité d’assistance nutritionnelle - unité transversale de nutrition, CHU de Nancy-Brabois–Adulte, 4, rue du Morvan, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy, France 
b Service de diabétologie, nutrition et maladies métaboliques, CHU Sart-Tilman, 4000 Liège 1, Belgique 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

À domicile comme à l’hôpital, le patient diabétique est un patient à haut risque de dénutrition. Chez le patient présentant une hyperglycémie sous nutrition artificielle, l’objectif premier est de couvrir ses besoins calorico-protéiques et d’optimiser en conséquence son traitement antidiabétique. L’insulinothérapie est le traitement de choix. L’utilisation de produits à faible index glycémique est sans doute préférable, notamment en complémentation nutritionnelle orale. À apport équivalent, l’apport glucidique parentéral a un effet hyperglycémiant plus important que la voie orale ou entérale. La prise en charge de l’hyperglycémie au cours de la nutrition artificielle nécessite de définir des objectifs glycémiques adaptés au patient et à la nutrition artificielle, d’établir des schémas d’insulinothérapie et de fournir des règles d’adaptation précises. La durée d’action de l’insuline injectée doit correspondre à la durée de passage de la nutrition artificielle. L’usage des échelles insuline-glycémie est à proscrire car inefficace. Il est nécessaire de former l’équipe soignante. La phase aiguë passée, la pathologie stabilisée, il est parfois possible d’introduire des antidiabétiques oraux et d’arrêter l’insulinothérapie. Dans ce cas, les règles de prescription de ces médicaments s’appliquent comme chez le patient nourri oralement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

At home as in the hospital, the diabetic patients are at high risk of malnutrition. In patients with hyperglycemia in artificial nutrition, the primary objective is to to cover their protein needs and their caloric needs and to optimize accordingly the antidiabetic treatment. Insulin therapy is the treatment of choice. The use of low glycaemic index is probably better, especially for oral supplementation. An equivalent parenteral carbohydrate intake has a hyperglycaemic effect more important than with the oral or enteral way. The management of hyperglycemia in artificial nutrition requires defining glycemic goals, tailored to the patient, to the type and the sequences of artificial nutrition, establishing patterns of insulin therapy and providing accurate adaptation rules. Above the basal requirement, insulin therapy sufficient to meet caloric exposure must be prescribed appropriate in timing with the artificial nutrition. The use of sliding scale as monotherapy is ineffective. This management requires forming the nurse team. The acute phase has passed, the disease stabilized, it is sometimes possible to introduce oral antidiabetic drugs and stop insulin. In this case, we apply the same prescription rules to these drugs as for the patient fed orally.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Hyperglycémie, Nutrition entérale, Nutrition parentérale, Insulinothérapie

Keywords : Hyperglycemia, Tube feeding, Parenteral nutrition, Insulinotherapy


Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 4

P. 230-235 - décembre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Complications hépatobiliaires associées à l’insuffisance intestinale chez l’adulte et l’enfant
  • Vanessa Bondjemah, Francisca Joly, Cécile Lambe, Olivier Corcos, Laetitia-Marie Petit, Carmen Stefanescu, Dominique Cazals-Hatem, Virginie Colomb
| Article suivant Article suivant
  • La nutrition artificielle ambulatoire chez le patient insuffisant rénal chronique
  • Patrik Deléaval, Anne-Lise Bernollin, Jean-Marc Hurot, Christie Lorriaux, Brice Mayor, Guillaume Jean, Charles Chazot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.