Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Adrenal disorders in human immunodeficiency virus (HIV) infected patients - 06/12/13

Doi : 10.1016/j.ando.2013.09.002 
Justine Bons a, 1, Lucile Moreau a, 1, Hervé Lefebvre a, b, c,
a Service d’endocrinologie, diabète et maladies métaboliques, CHU de Rouen, 1, rue de Germont, 76031 Rouen, France 
b Inserm U982, université de Rouen, 76821 Mont-Saint-Aignan, France 
c Institut de recherche et d’innovation biomédicale, 76183 Rouen, France 

Corresponding author. Service d’endocrinologie, diabète et maladies métaboliques, CHU de Rouen, 1, rue de Germont, 76031 Rouen, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Human Immunodeficiency Virus (HIV) infection is associated with adrenal disorders, which must not be underestimated. Adrenal morphologic changes are primarily related to opportunistic infections, mostly by cytomegalovirus and mycobacteria, and malignant tumours such as non-Hodgkin's lymphoma and Kaposi's sarcoma. The most frequent biological alteration reported to date is the increases in cortisol concentrations which results from a decrease in cortisol metabolism and hyperactivity of the hypothalamo-pituitary-adrenal axis commonly referred to as pseudo-Cushing's syndrome. These modifications can be a consequence of antiretroviral therapy and do not require any investigation or specific treatment. Conversely, adrenal insufficiency, either iatrogenic or secondary to glandular infiltration by neoplasms or infections, needs long-term substitution with hydrocortisone, but at present occurs more rarely and usually at late stages of disease progression. The impact of HIV infection on the other adrenocortical functions has been less reported in the literature although several studies show low levels of adrenal androgens, especially dehydroepiandrostenedione (DHEA). Impairment in mineralocorticoid function appears occasional and remains a subject of debate.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Les patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) présentent des anomalies surrénaliennes à ne pas méconnaître. Les atteintes morphologiques de la surrénale sont principalement liées aux infections opportunistes, majoritairement par le cytomégalovirus et les mycobactéries, ainsi qu’aux tumeurs malignes telles que les lymphomes non hodgkiniens et les sarcomes de Kaposi. Les anomalies biologiques les plus souvent observées correspondent à une élévation des taux de cortisol qui relève à la fois d’une réduction du métabolisme de ce dernier et d’une hyperactivité de l’axe corticotrope rentrant dans le cadre des pseudo-syndromes de Cushing. Ces modifications peuvent être liées au traitement antirétroviral et ne nécessitent aucune investigation ni traitement particulier. À l’inverse, l’insuffisance surrénalienne, d’origine iatrogène ou secondaire à l’infiltration tumorale ou infectieuse, requiert une prise en charge au long cours, mais s’avère à l’heure actuelle rare et survient généralement à des stades plus avancés de la maladie. Le retentissement de l’infection à VIH sur les autres sécrétions corticosurrénaliennes est moins connu. Néanmoins, les études s’accordent à montrer des taux abaissés d’androgènes surrénaliens, en particulier de déhydroépiandrostènedione (DHEA). L’atteinte de la fonction minéralocorticoïde reste peu fréquente et discutée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 74 - N° 5-6

P. 508-514 - décembre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Diabetes insipidus
  • Clara Leroy, Wassila Karrouz, Claire Douillard, Christine Do Cao, Christine Cortet, Jean-Louis Wémeau, Marie-Christine Vantyghem
| Article suivant Article suivant
  • GLP-1 receptor agonists or DPP-4 inhibitors: How to guide the clinician?
  • André J. Scheen

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.