Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Cancers radio-induits de l'oesophage : à propos de 11 cas - 01/01/02

A.  Audebert,  A.  Sauvanet * ,  F.  Mauvais,  J.  Belghiti*Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But de l'étude : Le cancer radio-induit de l'oesophage peut survenir plusieurs années après une irradiation médiastinale. Le but de cette étude est de rapporter 11 cas de cette entité rare, en analysant ses particularités diagnostiques, thérapeutiques et pronostiques.

Patients et méthodes : De 1983 à 2001, dix femmes et un homme, âgés de 47 à 76 ans, ont été traités pour un cancer épidermoïde de l'oesophage diagnostiqué cinq à 25 ans après irradiation médiastinale, dont la dose était comprise entre 30 et 78 Gy. Cette irradiation avait été administrée chez huit femmes pour un cancer du sein, chez deux femmes et un homme pour un lymphome. Un seul patient avait une consommation alcoolique et deux étaient tabagiques. Le traitement consistait en une oesophagectomie chaque fois qu'elle était possible.

Résultats : Toutes les tumeurs oesophagiennes sauf une étaient symptomatiques. Dix de ces 11 patients ont eu une résection oesophagienne, dont deux à thorax fermé. Les suites opératoires ont été simples dans six cas, trois patients ont présenté une insuffisance respiratoire transitoire, et une patiente est décédée en postopératoire. À long terme, six patients ont développé une récidive sous la forme de métastases à distance (surtout hépatiques et pulmonaires). Ces récidives ont été deux fois associées à des récidives médiastinales. Dans aucun cas une récidive médiastinale isolée n'est apparue. La survie médiane a été de 13 mois.

Conclusion : Le mode de présentation et le traitement chirurgical des cancers radio-induits de l'oesophage sont identiques à ceux des autres cancers épidermoïdes. Après oesophagectomie, les récidives médiastinales isolées semblent plus rares qu'avec les autres cancers. Ces cancers, qui sont presque toujours symptomatiques, ont un mauvais pronostic.

Mots clés  : cancer de l'oesophage, épidermoïde ; radioinduit ; oesophagectomie.

Abstract

Study aim: Radiation-induced oesophageal carcinoma can occur several years after mediastinal irradiation. The aim of this study was to report 11 cases of this rare entity with analysis of its diagnostic, therapeutic and prognostic special features.

Patients and methods: From 1983 to 2001, 10 female and one male patients, aged 47 to 76 years, were treated for an oesophageal squamous cell carcinoma which was diagnosed 5 to 25 years after mediastinal irradiation. This irradiation (30 to 78 Gy) was administred in 8 women for breast carcinoma and in other patients for lymphoma. Only one patient had alcoholic consumption and 2 were smokers. An oesophagectomy was performed whenever possible.

Results: All (but one) oesophageal tumors were symptomatic. Ten patients underwent an oesophagectomy, including 2 without thoracotomy. Postoperative course was uneventful in 6 cases, 3 patients developed transient respiratory failure and one patient died postoperatively. At late follow-up, 6 patients developed distant metastases (mainly hepatic and pulmonary). These metastases were associated with mediastinal recurrences in 2 cases. No isolated mediastinal recurrence occured. Median survival was 13 months.

Conclusion: Clinical presentation and surgical treatment of radiation-induced oesophageal carcinoma are similar to those of other oesophageal squamous cell carcinomas. After oesophagectomy, isolated mediastinal recurrences seem to be rarer than with other cancers. These cancers, which are almost all symptomatic, have a poor prognosis.

Mots clés  : oesophageal carcinoma ; squamous cell ; radiation-induced ; esophagectomy.

Plan



© 2002  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 127 - N° 4

P. 289-296 - avril 2002 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge des anévrismes des artères digestives. Étude rétrospective de 23 cas
  • F. Muscari, A. Barret, X. Chaufour, J.P. Bossavy, E. Bloom, B. Pradère, J.L. Gouzi
| Article suivant Article suivant
  • La paralysie périodique thyréotoxique hypokaliémique. Présentation de trois cas
  • S. Pili, A. Devèze, M. Iacobone, M. Guibout, J.F. Henry

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.