Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Radiothérapie du cancer du rectum et du canal anal - 31/12/13

[9-084-A-40]  - Doi : 10.1016/S1155-1968(13)62919-3 
C. Hennequin , L. Quero
 Service de cancérologie-radiothérapie, Hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefeaux, 75475 Paris, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

La radiothérapie joue un rôle important dans ces deux pathologies. Dans le cancer du rectum, plusieurs essais randomisés ont démontré qu'elle diminuait le taux de récidive locale et améliorait la survie. Le bénéfice se maintient même en cas d'exérèse du mésorectum. La radiothérapie est mieux tolérée et plus efficace quand elle est réalisée en préopératoire. Deux schémas ont été utilisés : un schéma court (5×5 Gy) et un schéma long (45-50 Gy en fractionnement classique). Chacun a ses avantages et ses inconvénients. Les patients présentant une tumeur du bas rectum doivent bénéficier du schéma long, qui augmente la régression tumorale et la possibilité d'un traitement conservateur. La chimioradiothérapie concomitante par 5-fluoro-uracile (5-FU) ou capécitabine augmente le contrôle local mais sans impact sur la survie. L'adjonction d'oxaliplatine n'augmente pas de manière significative le taux de réponses complètes histologiques. Avec cette stratégie, le taux de récidive locale est maintenant inférieur à 10 % ; le principal problème est celui des métastases présentes chez 25 à 30 % des patients, qui réclame des essais spécifiquement conçus pour un objectif de survie. Dans le cancer du canal anal, la chimioradiothérapie concomitante par 5-FU et mitomycine C est actuellement le traitement de référence. Le cisplatine ne fait pas mieux que la mitomycine C et est moins bien toléré. L'irradiation en modulation d'intensité diminue la toxicité aiguë mais nécessite une grande rigueur dans la délinéation des volumes cibles. Les patients séropositifs pour le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) doivent de nos jours recevoir le même traitement que les patients séronégatifs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Radiothérapie, Cancer du rectum, Cancer du canal anal


Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Imagerie des tumeurs du rectum et du canal anal
  • C. Dromain, S. Schmidt
| Article suivant Article suivant
  • Traitement des métastases hépatiques de cancer du côlon et du rectum
  • L. Ricca, E. Vibert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.