Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intoxication transplacentaire ou par lait maternel à la clonidine : un cas de somnolence et d’hypotonie néonatale - 23/01/14

Doi : 10.1016/j.arcped.2013.11.004 
C. Sevrez a, M.-P. Lavocat a, G. Mounier b, E. Elefant c, S. Magnin a, G. Teyssier a, d, H. Patural a, , d
a Service de réanimation pédiatrique et néonatologie, centre hospitalier universitaire de Saint-Étienne, hôpital Nord, 42005 Saint-Étienne, France 
b Centre de pharmacovigilance, centre hospitalier universitaire de Saint-Étienne, 42005 Saint-Étienne, France 
c Centre de référence sur les agents tératogènes, hôpital Trousseau, AP–HP, 75571 Paris, France 
d EA SNA-Epis 4607, université Jean-Monnet, 42023 Saint-Étienne, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 3
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Nous rapportons l’intoxication par de la clonidine d’un nouveau-né de sexe masculin allaité au sein. Celui-ci avait présenté à deux jours de vie (j2) des troubles de la conscience associant somnolence, hypotonie généralisée et suspicion de clonies. Il n’existait pas de troubles cardiorespiratoires ou tensionnels en dehors d’apnées progressives d’allure centrale apparues à partir de j5. Les investigations complémentaires initiales étaient normales (bilan biologique, échographie transfontanellaire, électroencéphalogramme et imagerie par résonance magnétique encéphalique), éliminant de premier abord les principales causes d’hypotonie néonatale (infection, pathologie métabolique, hypoxie/anoxie). Un interrogatoire orienté de la mère avait en revanche révélé la prise quotidienne de 0,15mg de clonidine pour une hypertension artérielle ancienne, pendant et après la grossesse. En l’absence de possibilité de dosage sérique ou lacté de la clonidine, un sevrage à visée diagnostique était réalisé à j9. Vingt-quatre heures après l’arrêt de l’allaitement maternel, la symptomatologie avait complètement régressé. L’intoxication néonatale par la clonidine après exposition fœtale majorée par le lait maternel est rare mais assez sévère pour pouvoir simuler un tableau neurologique inquiétant. Le diagnostic repose sur l’interrogatoire et sur l’éviction du lait maternel en cas de doute étiologique. La normalisation de l’examen clinique est alors rapide et totale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

We report a case of clonidine poisoning in a breastfed newborn. At 2 days of life, this boy presented a consciousness deficit with drowsiness, hypotonia, and suspected generalized seizures. There were no cardiorespiratory problems outside of progressive central apneas beginning the 5th day. Further initial investigations were normal (extensive biological exams, cranial ultrasonography and transfontanellar Doppler, electroencephalography, and brain MRI study), excluding the main causes of neonatal hypotonia (encephalitis, infection, metabolic disorder). However, new medical questioning revealed maternal daily intake of 0.15mg clonidine for hypertension during and after pregnancy. Since it was impossible to quantify clonidine quantification in newborn serum and breast milk, a weaning test was performed the 9th day. Twenty-four hours after cessation of breastfeeding, complete regression of symptoms was obtained. Poisoning by clonidine after fetal and neonatal exposure through breast milk is rare but severe enough to simulate a neurological disease. Diagnosis is based on the search for drug use and the cessation of breastfeeding if doubt persists. Recovery of normal examination results is then rapid and complete.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 21 - N° 2

P. 198-200 - février 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Thrombose artérielle in utero des membres supérieurs liée à une hétérozygotie pour le polymorphisme 677C>T de la méthylène-tétrahydrofolate-réductase : à propos de 2 cas
  • A. Hakim, A. Ben Hamad, R. Regaieg, A. Gargouri
| Article suivant Article suivant
  • Dissection artérielle cervicale néonatale secondaire à un traumatisme obstétrical
  • N. Hamida, A. Hakim, H. Fourati, A. Ben Thabet, L. Walha, A. Bouraoui, Z. Mnif, A. Gargouri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.