Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Infiltrations articulaires et para-articulaires chez le sportif : intérêts et limites - 19/02/08

Doi : 10.1016/j.jts.2007.03.005 

G. Guillaume

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Résumé

Validées par peu d'études contrôlées, les infiltrations en médecine du sport sont contestées dans plusieurs études récentes. Leur efficacité se manifeste essentiellement à court terme et permet à un sportif de passer un cap difficile. Si les complications locales sont bien décrites, les effets systémiques biologiques sont sous-estimés, surtout la première semaine, or les infiltrations de corticoïdes ne nécessitent qu'une demande d'Autorisation d'usage à des fins thérapeutiques abrégée (AUT) dans le cadre de la réglementation sportive. Plusieurs études confirment que l'inhibition de l'axe corticotrope est possible après une seule infiltration, elle se traduit par une diminution de la production endogène de cortisol qui peut se prolonger jusqu'à deux semaines. Cette insuffisance surrénalienne biologique peut faire le lit d'une insuffisance surrénalienne aiguë chez un sportif remis trop précocement en compétition et soumis à un stress. Devant l'impossibilité de déterminer les sujets prédisposés, le risque semble disproportionné par rapport au bénéfice attendu. D'où la nécessité de mettre au repos sportif tout sujet qui vient de bénéficier d'une infiltration et lui interdire la reprise immédiate de la compétition. Les conditions de délivrance d'une AUT sont donc à reconsidérer. En l'absence de données scientifiques, des recommandations existent néanmoins : réserver ce geste en cas d'échec ou de contre-indication des autres thérapeutiques. Quand la symptomatologie empêche la rééducation : réserver un intervalle de trois à six semaines entre les infiltrations. Ne pas dépasser trois infiltrations par site et par année. Emploi d'un corticoïde à délai d'action court ou moyen. Recommander un repos relatif de 15 jours après l'infiltration. Ne pas infiltrer juste avant une compétition. Il paraît urgent de favoriser des études bien conduites concernant les indications thérapeutiques en traumatologie du sport et conformes aux bonnes pratiques.

Abstract

Abstract

Few studies have validated the use of corticosteroid joint injections in sports medicine, and many recent studies have questioned their usefulness. The beneficial effect is essentially short lived, enabling the athlete to complete a specific performance. Local complications have been well described but the systemic effects are underestimated, especially during the first week. Corticosteroid joint injections are not on the regulatory list of products requiring an Authorization for Use for Therapeutic Applications (AUTa) for sportive events. Several studies have demonstrated that the corticotrop axis can be inhibited after a single injection, reflected by decreased production of endogenous cortisol for as long as two weeks. This biological adrenal insufficiency can lead to acute renal insufficiency if the athlete resumes competition too early under stressful conditions. Since there is no known way to identify predisposed individuals, the risk appears to be disproportionate compared with the expected benefit. Rest from sports must therefore be prescribed for any individual given a joint injection.


Mots clés : Corticothérapie articulaire , Para-articulaire , Infiltrations , Effets systémiques , Loi antidopage , Autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) , Insuffisance surrénalienne biologique , Stress , Repos post-infiltration

Keywords: Joint corticosteroid therapy , Para-articular , Joint injections , Systemic effects , Antidoping laws , Authorization for use for therapeutic applications (AUT) , Biological adrenal insufficiency , Stress , Rest after injection


Plan



© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 24 - N° 2

P. 77-85 - juillet 2007 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Imagerie des syndromes canalaires de l'épaule
  • N. Amoretti, P.-Y. Marcy, E. Hovorka, V. Lesbats-Jacquot, M.-E. Fonquerne, P. Boileau, J.-N. Bruneton
| Article suivant Article suivant
  • Ski et fractures isolées du trochiter
  • J. Rodineau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.