Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Axe I, Axe II ou Troubles mentaux et Troubles de la personnalité - 12/02/14

Doi : 10.1016/j.evopsy.2013.09.008 
Julien Daniel Guelfi  : Professeur émérite de Paris Descartes
 Clinique des maladies mentales et de l’encéphale (CMME), 100, rue de la Santé, 75674 Paris cedex 14, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 13
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Depuis la publication de la troisième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de la classification américaine (DSM-III), les syndromes cliniques psychiatriques et les troubles de la personnalité figurent sur deux axes distincts, les axes I et II. Dans la cinquième révision du manuel (DSM-5), publiée en mai 2013, cette distinction est supprimée et les troubles de la personnalité figurent désormais parmi les autres troubles mentaux. L’objectif de ce travail est de tenter d’en repérer les enjeux cliniques et épistémologiques.

Méthode

Cette distinction a surtout eu l’intérêt d’attirer l’attention des praticiens sur la personnalité des patients indépendamment de leurs diagnostics psychiatriques. Sa justification scientifique paraît cependant actuellement insuffisante. De nombreux arguments plaident en faveur d’une continuité entre les deux axes et de remaniements nosographiques des troubles anxieux, des troubles dépressifs et des troubles de la personnalité. Cette mise au point résume les principales tendances qui se sont fait jour dans les dix dernières années à propos de la classification des troubles de la personnalité, avec une insatisfaction grandissante vis-à-vis du modèle catégoriel traditionnel et un intérêt croissant pour une perspective dimensionnelle. Ces tendances sont illustrées par les recommandations rédigées par le groupe de travail sur la personnalité et les troubles de la personnalité pour le DSM-5.

Résultats

Les critiques du monde scientifique vis-à-vis de ces recommandations ont été vives. L’article résume les principaux arguments développés de part et d’autre et l’évolution de la réflexion du groupe de travail jusqu’aux décisions finales rendues publiques en décembre 2012. Il n’existe pas de véritable consensus sur le meilleur modèle dimensionnel à retenir, même si le système le mieux étudié est sans conteste le modèle à cinq facteurs, dit des Big Five.

Discussion

Ce système a surtout été testé en psychologie et son applicabilité à la psychopathologie, certainement envisageable, nécessite des aménagements et des travaux complémentaires de validation avant d’être définitivement adopté.

Conclusion

Le retour à une perspective mono-axiale pour les troubles de la personnalité justifie aussi une réflexion approfondie sur les limites de la normalité et sur la définition générale d’un trouble mental qui n’a jamais fait l’objet d’un réel consensus dans notre profession.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

Since the publication of the third edition of the American classification the Diagnostic and Statistical Manual of mental disorders (DSM-III), psychiatric clinical syndromes and personality disorders appear in two distinct axes, axis I and II. In the fifth revision of the manual (DSM-5), published in May 2013, this distinction no longer exists and personality disorders now appear among other mental disorders. The aim of this paper is to try to pinpoint the clinical and epistemological stakes therein.

Method

The particular interest of this distinction was to attract the attention of the practitioners on the personality of the patients, independently of their psychiatric diagnoses. However today, its scientific justification appears insufficient. Numerous arguments are in favour of a continuity between the two axes and the nosographical reorganisation of anxiety, depression and personality disorders. This clarification summarises the principle tendencies that have emerged over the past ten years regarding the classification of personality disorders, with increasing dissatisfaction with the traditional categorical model and a growing interest in a dimensional perspective. These tendencies are illustrated by the recommendations drawn up by the DSM-5 task force on personality and personality disorders.

Results

The criticisms of the scientific world regarding theses recommendations have been strong. This article summarises the main arguments developed here and there, and the evolution of the task force's reflections up to the final decisions that were published in December 2012. No real consensus exists on the best dimensional model to be retained; even if the system most studied is, without doubt, the five-factor model, known as the ‘Big Five’.

Discussion

This system was studied above all in psychology, and its applicability to psychopathology, which could obviously be envisaged, requires adjustments and further validation studies before being finally adopted.

Conclusion

The return to a single axis perspective for personality disorders also justifies in depth reflection on the limits of normality and on the general definition of a mental disorder that has never been the subject of a true consensus in our profession.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Axe I, Axe II, Troubles mentaux, Troubles de la personnalité, DSM-5, Classification

Keywords : Axis I, Axis II, Mental disorders, Personality disorders, DSM-5, Classification


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Guelfi JD. Axe 1, Axe II ou Troubles mentaux et Troubles de la personnalité. Evol Psychiatr 2014;79(1): pages (pour la version papier) ou URL et [date de consultation] (pour la version électronique).


© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 79 - N° 1

P. 55-67 - janvier 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les composantes culturelles dans le DSM-5 : contenus fondamentaux ou concessions purement cosmétiques ?
  • Renato D. Alarcòn
| Article suivant Article suivant
  • La Classification internationale du fonctionnement : une victoire militante dissimulée
  • François Chapireau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.