Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Two cases of bilateral amiodarone-associated optic neuropathy - 11/03/14

Doi : 10.1016/j.jfo.2013.12.004 
B. Chassang a, N. Bonnin a, , b , X. Moisset c, B. Citron d, P. Clavelou c, F. Chiambaretta a, b
a RMND-M2O Pole, Ophthalmology department, Clermont-Ferrand University Hospital, 63000 Clermont-Ferrand, France 
b EA 7281 R2D2, Biochemistery Laboratory, Medicine Faculty, Auvergne University, 63000 Clermont-Ferrand, France 
c RMND-M2O Pole, Neurology department, Clermont-Ferrand University Hospital, 63000 Clermont-Ferrand, France 
d Medical and Surgical Cardiology Pole, Cardiology department, Clermont-Ferrand University Hospital, 63000 Clermont-Ferrand, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Introduction

The widespread use of amiodarone is limited by its toxicity, notably to the optic nerve. We report two cases of bilateral optic nerve neuropathy due to amiodarone, and provide a detailed description of the disease.

Observations

The first case was a 59-year-old man complaining from insidious monocular loss of vision within ten months of initiating amiodarone. Funduscopy and optical coherence tomography showed bilateral optic disc edema. The second case was a 72-year-old man presenting with a decrease in visual acuity in his left eye for a month. Funduscopy showed a left optic nerve edema, and fluorescein angiography showed bilateral papillitis. In both cases, the clinical presentation was not suggestive of ischemic neuropathy, because of the preservation of visual acuity and the insidious onset. In addition, both cardiovascular and inflammatory work-up were normal. An amiodarone-associated neuropathy was suspected, and amiodarone was discontinued with the approval of the cardiologist, with complete regression of the papilledema and a stabilization of visual symptoms.

Discussion

Differentiating between amiodarone-associated optic neuropathy and anterior ischemic optic neuropathy may be complicated by the cardiovascular background of such patients. The major criterion is the absence of a severe decrease in visual acuity; other criteria are the normality of cardiovascular and inflammatory work-up, and the improvement or the absence of worsening of symptoms after discontinuation of amiodarone.

Conclusion

Amiodarone-associated neuropathy remains a diagnosis of exclusion, and requires amiodarone discontinuation, which can only be done with the approval of a cardiologist, and sometimes requires replacement therapy.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

L’amiodarone est l’anti-arythmique le plus répandu mais son utilisation est limitée par sa toxicité notamment au niveau du nerf optique. Nous rapportons deux cas de neuropathie bilatérale du nerf optique dus à l’amiodarone et à travers ces deux cas, nous apportons une description précise de la maladie.

Observations

Le premier cas est celui d’un homme de 59ans se plaignant de baisse d’acuité visuelle insidieuse depuis dix mois après initiation d’un traitement par amiodarone. L’examen du fond d’œil montrait un œdème papillaire bilateral. Le second cas est celui d’un homme de 72ans consultant pour une baisse d’acuité visuelle de l’œil gauche depuis un mois. L’examen du fond d’œil montrait un œdème papillaire gauche et l’angiographie à la fluorescéine confirmait l’existence d’une papillite bilatérale. Dans les deux cas, la présentation n’était pas évocatrice de neuropathie ischémique du fait de la presentation insidieuse et de la modeste baisse d’acuité visuelle. De plus, les bilans cardiovasculaires et inflammatoires étaient normaux. Une neuropathie iatrogène à l’amiodarone était suspectée et le traitement était stoppé après accord du cardiologue. Une régression de l’œdème papillaire était observée ainsi qu’une stabilisation des symptômes visuels.

Discussion

Différencier une neuropathie optique à l’amiodarone d’une neuropathie optique ischémique antérieure peut être complexe en raison des antécédents vasculaires de ces patients. Le principal critère est l’absence de baisse brutale de l’acuité visuelle; d’autres arguments tels que la normalité des bilans cardiovasculaires et inflammatoires, l’amélioration ou l’absence d’aggravation des symptômes après l’arrêt de l’amiodarone étayent le diagnostic.

Conclusion

La neuropathie iatrogène à l’amiodarone reste un diagnostic d’exclusion et impose l’arrêt d’amiodarone qui ne peut être fait qu’avec le consentement du cardiologue et nécessite parfois un traitement substitutif.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Amiodarone, Optic neuropathy, Iatrogenic disease, Papilledema

Mots clés : Amiodarone, Neuropathie optique, Iatrogénicité, Œdème papillaire


Plan


 Oral communication presented at the 119th Congress of the French Society of Ophthalmology in May 2013.


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 3

P. 231-236 - mars 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évolution de l’astigmatisme après ablation d’une suture cornéenne pour chirurgie de la cataracte
  • P. Loriaut, G. Kaswin, A. Rousseau, L. Meziani, N. M’Nafek, N. Pogorzalek, M. Labetoulle
| Article suivant Article suivant
  • Épaisseur choroïdienne fovéolaire au SD-OCT dans la myopie forte avec macula bombée
  • A. Chebil, B. Ben Achour, N. Chaker, L. Jedidi, F. Mghaieth, L. El Matri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.