Médecine

Paramédical

Autres domaines


Carpal tunnel syndrome - 10/04/14

Doi : 10.1016/j.main.2013.11.010 
M. Chammas
 Service de chirurgie de la main et du membre supérieur, chirurgie des nerfs périphériques, hôpital Lapeyronie, CHU de Montpellier, avenue Doyen-Gaston-Giraud, 34295 Montpellier cedex 5, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 20
Iconographies 14
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Carpal tunnel syndrome is the commonest entrapment neuropathy and is due to combined compression and traction on the median nerve at the wrist. It is often idiopathic. Although spontaneous resolution is possible, the usual natural evolution is slow progression. Diagnosis is mainly clinical depending on symptoms and provocative tests. An electromyogram is recommended preoperatively and in cases of work-related disease. Medical treatment is indicated early on or in cases with no deficit and consists of steroid injection in the canal or a night splint in neutral wrist position. Surgical treatment is by section of the flexor retinaculum and is indicated in resistance to medical treatment, in deficit or acute cases. Mini-invasive techniques such as endoscopic and mini-open approaches to carpal tunnel release with higher learning curves are justified by the shorter functional recovery time compared to classical surgery, but with identical long-term results. The choice depends on the surgeon's preference, patient information, stage of severity, etiology and availability of material. Results are satisfactory in 90% of cases. Nerve recovery depends on the stage of severity as well as general patient factors. Recovery of force takes about 2–3 months after the disappearance of ‘pillar pain’. This operation has a benign reputation with a 0.2–0.5% reported neurovascular complication rate.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Le syndrome du canal carpien, le plus fréquent des syndromes canalaires, est dû à des mécanismes combinés de compression et traction du nerf médian au poignet. Il est le plus souvent idiopathique. Bien que des régressions spontanées soient possibles, une aggravation lente est observée le plus souvent. Le diagnostic est avant tout clinique, reposant sur les symptômes et les tests de provocation. Un examen électroneuromyographique est recommandé en période préopératoire ou en cas de maladie professionnelle. Le traitement médical est indiqué de première intention dans les formes non déficitaires et repose sur l’infiltration intracanalaire de corticoïdes et/ou une orthèse d’immobilisation nocturne en rectitude du poignet. Le traitement chirurgical qui comprend la section du rétinaculum des fléchisseurs, est licite en cas de résistance au traitement médical, dans les formes déficitaires ou dans les formes aiguës. Les techniques mini-invasives (endoscopie, mini-open) aux courbes d’apprentissage plus longues semblent créditées d’une récupération fonctionnelle plus précoce par rapport à la chirurgie classique, mais avec des résultats identiques à long terme. Le choix dépend du chirurgien, de l’information du patient, du stade de gravité, de son étiologie et de la disponibilité du matériel. Les résultats sont satisfaisants dans près de 90 % des cas. Rapidité et importance de la récupération neurologique dépendent du stade de gravité et du terrain. La récupération de force demande deux ou trois mois après régression des douleurs de type pillar pain. Cette chirurgie à la réputation de bénignité a 0,2 à 0,5 % de complications majeures neurovasculaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Carpal tunnel syndrome, Median nerve compression, Surgery, Endoscopy

Mots clés : Syndrome du canal carpien, Compression du nerf médian, Chirurgie, Endoscopie


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 2

P. 75-94 - avril 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial Board
| Article suivant Article suivant
  • Technical note: How to spare the pronator quadratus during MIPO of distal radius fractures by using a mini-volar plate
  • P.-B. Rey, S. Rochet, F. Loisel, L. Obert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.