Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Macrolides au long cours et pathologie bronchique chronique de l’adulte : intérêts et limites - 19/05/14

Doi : 10.1016/j.lpm.2013.08.006 
Stéphane Jouneau 1, 2, Benoît Desrues 1,
1 Centre hospitalier universitaire de Rennes, hôpital Pontchaillou, service de pneumologie, 35033 Rennes cedex 9, France 
2 IRSET-UMR Inserm U1085, 35043 Rennes cedex, France 

Benoît Desrues, Centre hospitalier universitaire de Rennes, hôpital Pontchaillou, service de pneumologie, 2, rue Henri-Le-Guillou, 35033 Rennes cedex 9, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

Les macrolides administrés au long cours permettent, grâce en partie à leurs propriétés anti-inflammatoires, de diminuer la fréquence des exacerbations dans la DDB et la BPCO.

Du fait de sa tolérance, l’azithromycine est le macrolide de choix, pouvant être utilisé à la dose de 250mg/j ou 500mg 3 fois par semaine chez les patients de plus de 55kg.

Un traitement par macrolides au long cours pourrait être proposé à des patients atteints de DDB ou de BPCO ayant eu plus de 3 exacerbations l’année précédente ou ayant une dégradation de leur fonction respiratoire malgré un traitement de fond bien conduit.

Du fait d’un risque rare et controversé de mort subite d’origine cardiaque, il ne doit pas être proposé en cas de pathologie cardiovasculaire évoluée, d’intervalle QT>450ms, de traitement pouvant allonger l’intervalle QT, de tachycardie>100/min.

Il est recommandé de s’assurer de l’absence de troubles auditifs (audiogramme) et de mycobactérie atypique dans les cultures des expectorations. Les patients doivent aussi être informés du risque d’apparition de résistance aux macrolides de la flore commensale et pathogène.

Une surveillance clinique, avec en particulier la recherche de troubles auditifs et électrocardiographique, peut être proposée tous les 3 mois. L’absence de diminution de la fréquence des exacerbations, lors du bilan annuel, justifie l’arrêt du traitement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Decreased frequency of pulmonary exacerbations, mainly related to immunomodulatory effects of macrolide antibiotics, has been demonstrated in bronchiectasis and chronic obstructive pulmonary diseases (COPD).

Due to its tolerance, azithromycin is the antibiotic of choice for maintenance therapy at the dose of 250mg per day or 500mg×3 per week (for body weight>55kg).

Maintenance therapy with macrolide could be proposed in selected patients with bronchiectasis or COPD with more than 3 acute exacerbations in the previous year or decreased lung function despite compliance with optimum treatment.

The risk of sudden cardiac death with azithromycin is rare and controversial. It should be avoided in patients with a high baseline risk of cardiovascular disease, QT>450msec, pulse rate>100bpm and potential drug interactions, particularly those known to cause QT prolongation.

It is recommended to search for hearing deficit (audiometry) and sputum culture positive for mycobacteria. Patients must also be aware that it can rapidly lead to macrolide resistance in commensal or pathogenic flora.

Follow-up evaluation every 3 month can be proposed with medical history (hearing deficit) and electrocardiography. After one year, the treatment should be stopped in the absence of reduction in the frequency of exacerbations.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 5

P. 510-519 - mai 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dépistage du cancer du sein
  • Catherine Hill
| Article suivant Article suivant
  • Psychotropes en milieu pénitentiaire : de la fiole à l’AMM
  • Thomas Fovet, Ali Amad, Catherine Adins, Pierre Thomas

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.