Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Encéphalopathie hépatique minime : un diagnostic précoce pour améliorer le pronostic - 19/05/14

Minimal hepatic encephalopathy: A better diagnostic to improve prognostic

Doi : 10.1016/j.lpm.2013.09.016 
Rym Ennaifer , Myriam Cheikh, Rania Hefaiedh, Hayfa Romdhane, Houda Ben Nejma, Najet Bel Hadj
 Hôpital Mongi Slim, service d’Hépato-gastro-entérologie, Université de Tunis El Manar, Faculté de médecine de Tunis, 2046 La Marsa, Tunisie 

Rym Ennaifer, Hôpital Mongi Slim, service d’Hépato-gastro-entérologie, Université de Tunis El Manar, Faculté de médecine de Tunis, 2046 Sidi Daoud La Marsa, Tunisie.

Résumé

Contexte

L’encéphalopathie hépatique est une complication fréquente de la cirrhose classée en différents stades selon sa sévérité. L’encéphalopathie hépatique minime (EHM) représente le stade infra-clinique. Celle-ci compromet le pronostic de la cirrhose et altère la qualité de vie. Sa prévalence et ses facteurs de risque restent peu connus.

Objectif

Déterminer la prévalence et les facteurs de risque de l’EHM chez les patients cirrhotiques, ainsi que son retentissement sur le pronostic.

Méthodes

Étude prospective, menée de septembre 2011 à décembre 2012, incluant les patients cirrhotiques consécutifs pris en charge dans le département. L’EHM était dépistée par le « psychometric hepatic encephalopathy score » (PHES) comprenant 5 tests : digit symbol test, number connection test A, number connection test B, serial dotting test et line tracing test. Les patients ont été suivis régulièrement à partir de l’inclusion afin de relever la survenue d’événements : encéphalopathie clinique, accidents de voiture, chutes et décès. L’analyse statistique a été réalisée en utilisant les tests statistiques appropriés.

Résultats

Nous avons inclus 45 patients. La cirrhose était d’origine virale (B ou C) dans 48,9 % des cas. Elle était classée Child A dans 55,6 %, B dans 26,7 % et C dans 17,8 %. Le score de Model for End stage of Liver Disease (MELD) médian était de 14. La prévalence de l’encéphalopathie hépatique minime selon les résultats du PHES était de 44,4 %. En analyse univariée, la présence d’une EHM était corrélée à l’âge55ans (p=0,031), au score de Child-Pugh7 (p=0,001), au score de MELD15 (p=0,002) et au niveau d’études<9ans (p=0,007). En analyse multivariée, la seule variable indépendante associée à la survenue d’une EHM était le score de MELD15 (OR à 15,4, p<0,001). Au cours de l’évolution, la survenue d’une encéphalopathie clinique, de chutes, d’accidents de voitures et de décès était plus fréquente en cas d’EHM, sans atteindre le seuil de significativité.

Conclusion

La prévalence de l’EHM dans notre étude était de 44,4 % selon le PHES. Le score de MELD15 était la seule variable indépendante associée à sa survenue. Son retentissement sur le pronostic était important. Ces résultats soulignent l’intérêt du diagnostic précoce afin d’instaurer les mesures thérapeutiques et une adaptation du mode de vie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background and aims

Minimal hepatic encephalopathy (MHE) is the mildest form of the spectrum of hepatic encephalopathy that impairs health-related quality of life. The aim of this study is to evaluate the prevalence of MHE in patients with liver cirrhosis and analyze risk factors.

Methods

Between September 2011 and December 2012, consecutive cirrhotic patients seen in our department were evaluated. Patients included were screened by the psychometric hepatic encephalopathy score (PHES) battery comprising 5 tests: number connection test A and B, line tracing test, serial dotting test and digit symbol test. Patients included were regularly followed-up for the development of overt hepatic encephalopathy, driving accidents, falls and death.

Results

We included 45 cirrhotic patients. Etiology of cirrhosis was viral in half of cases. Child-Pugh score was A in 55.6 %, B in 26.7 % and C in 17.8 %. Median Meld score was 14. According to the PHES score, MHE was detected in 44.4 % of patients. Univariate analysis identified 4 variables significantly associated with the presence of MHE: age55years (P=0.031), poor educational status with years of study<9years (P=0.007), MELD score15 (P=0.002) and Child-Pugh7 (P=0.001). At multivariate analysis, the only independent risk factor of MHE was a MELD score15 (OR=15.4; P<0.001). During the follow-up, patients with MHE developed more often overt encephalopathy, falls and driving accidents, and had a lower survival, although the difference was not statically significant.

Conclusion

In this preliminary small series, prevalence of MHE in Tunisian cirrhotic patient was 44.4 %. A MELD score15 was the only independent risk factor. MHE had a negative impact on the outcome, justifying an early diagnostic. Adequate therapy may improve cognitive function.

Ce qui était connu

L’encéphalopathie hépatique minime (EHM) représente le stade le moins sévère des anomalies neuro-cognitives compliquant la cirrhose.
Elle n’est pas détectable par un examen neurologique conventionnel.
Sa prévalence et son impact pronostique sont sous-estimés du fait de son caractère latent.

Ce qu’apporte l’article

Le « psychometric hepatic encephalopathy score » (PHES) est un test simple et validé qui permet de diagnostiquer une EHM en pratique courante.
L’EHM est fréquente et liée à la sévérité de la cirrhose.
Son retentissement sur le pronostic n’est pas négligeable, justifiant un diagnostic et une prise en charge précoce.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 5

P. e127-e133 - mai 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Neuro-Behçet dans sa forme parenchymateuse. Caractéristiques cliniques et paracliniques (40 cas)
  • Smail Daoudi, Massinissa Lounis, Mahmoud Ait-kaci-Ahmed
| Article suivant Article suivant
  • La kétamine dans le traitement du trouble dépressif aigu sévère
  • Marie Brittner, Jean-Arthur Micoulaud-Franchi, Raphaelle Richieri, L. Boyer, Marc Adida, Christophe Lancon, Guilllaume Fond

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.