Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Urticaires de l'enfant - 27/05/14

[4-115-B-20]  - Doi : 10.1016/S1637-5017(14)53740-4 
M. Ameline  : Interne, C. Fleuret : Praticien hospitalier, P. Plantin : Chef du service de dermatologie
 Service de dermatologie, CHIC de Cornouaille, 14, avenue Yves-Thépot, 29000 Quimper, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

L'urticaire est un motif fréquent de consultation pédiatrique. Ses mécanismes physiopathologiques sont de mieux en mieux élucidés et permettent actuellement de distinguer des urticaires immunologiques et non immunologiques. L'œdème dermique de l'urticaire est lié à une vasodilatation capillaire provoquée par l'histamine. Le diagnostic est clinique et nécessite rarement des investigations complémentaires. Chez l'enfant, les étiologies de l'urticaire diffèrent de celles de l'adulte et sont dominées par les infections virales, les médicaments et les urticaires physiques. Rarement, l'urticaire peut être l'expression d'une maladie sous-jacente, inflammatoire, auto-inflammatoire ou auto-immune. La grande majorité des urticaires de l'enfant est aiguë, mais près d'un tiers semblent évoluer en urticaire chronique. En cas d'urticaire chronique résistant au traitement antihistaminique, un bilan biologique de première intention (NFS [numération formule sanguine], VS [vitesse de sédimentation]/CRP [C reactive protein], bilan thyroïdien) est recommandé et sera complété par d'autres explorations uniquement s'il existe des signes d'orientation clinique ou anamnestique. La prise en charge de cette pathologie est primordiale car l'urticaire peut altérer la qualité de vie et certaines formes engagent le pronostic vital. Le traitement des formes non compliquées repose sur les antihistaminiques anti-H1 de seconde génération. Les corticoïdes généraux sont à éviter car ils peuvent induire une corticodépendance. Les formes compliquées de choc anaphylactique sont une urgence médicale et nécessitent l'injection d'adrénaline intramusculaire ou sous-cutanée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Urticaire, Angio-œdème, Enfant, Histamine, Mastocyte, Antihistaminique


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Photodermatoses. Photoprotection
  • Pierre Amblard
| Article suivant Article suivant
  • Cicatrisation chez l'enfant
  • I. James, S. La Marca

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.