Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Entorses graves de l'articulation métacarpophalangienne du pouce - 10/06/14

[44-369]  - Doi : 10.1016/S0246-0467(14)61776-1 
E. Roulot a, b,  : Ancien interne, ancien chef de clinique des Hôpitaux de Paris, J. Chino a : Interne des Hôpitaux de Paris
a Institut de la Main, 6, square Jouvenet, 75016 Paris, France 
b Centre chirurgical des Peupliers, 8, place de l'Abbé-Georges-Hénocque, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 21
Vidéos 0
Autres 4

Résumé

Les entorses de la métacarpophalangienne (MP) du pouce sont fréquentes et intéressent surtout des patients jeunes et sportifs. Leurs conséquences peuvent être sévères en cas d'entorse grave, dont le traitement est souvent chirurgical. Ces entorses peuvent se présenter sous trois formes : les entorses graves récentes qui datent de moins de trois semaines concernent principalement le plan latéral ulnaire lorsqu'elles résultent d'un mécanisme en valgus-flexion, ou moins fréquemment le plan radial pour les traumatismes en varus-flexion, avec possible association à une lésion de la capsule dorsale. Les ruptures du ligament collatéral ulnaire (LCU) requièrent, en principe, un traitement chirurgical du fait de l'interposition fréquente de l'expansion de l'adducteur du pouce, alors que les ruptures du ligament collatéral radial (LCR) peuvent le plus souvent être traitées orthopédiquement. Les instabilités chroniques, qui sont souvent la conséquence du traitement inadapté d'une entorse fraîche, justifient une ligamentoplastie de stabilisation sauf s'il existe une arthrose ou une raideur chez un travailleur de force, imposant alors une arthrodèse. Enfin, les entorses de la plaque palmaire, qui sont la conséquence d'un traumatisme en hyperextension, autorisent un traitement orthopédique dans les formes récentes en l'absence de subluxation résiduelle et si seules les structures stabilisatrices passives sont atteintes, sinon une réparation chirurgicale dans tous les autres cas.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Traumatisme du pouce, Entorse métacarpophalangienne, Réparation ligamentaire, Ligamentoplastie


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Fractures des phalanges et des métacarpiens
  • L. Obert, I. Pluvy, C. Echallier, C. Pechin, S. El Rifai, E. Jardin, D. Feuvrier, F. Loisel
| Article suivant Article suivant
  • Raideurs post-traumatiques des doigts
  • F. Marin Braun

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.