Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le syndrome des jambes sans repos - 13/06/14

Doi : 10.1016/j.neurol.2008.06.006 
E. Karroum a, , b , E. Konofal a, b, I. Arnulf a, b
a UF pathologies du sommeil, groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, pavillon Marguerite-Bottard, 47–83, boulevard de l’Hôpital, 75651 Paris cedex, France 
b Université Pierre-et-Marie-Curie Paris-6, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 21
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est un trouble sensitivomoteur caractérisé par des impatiences des membres inférieurs, associées ou non à des sensations désagréables, survenant au repos, prédominant le soir ou la nuit et calmées transitoirement par les mouvements. Il touche 1,9 % des Français quotidiennement. L’aspect familial, la présence des mouvements périodiques des jambes et la réponse positive au traitement dopaminergique peuvent aider au diagnostic. Ce syndrome doit être différencié de l’akathisie et des pathologies douloureuses des membres inférieurs. Il altère le sommeil, l’humeur, la qualité de vie et serait un facteur de risque cardiovasculaire. Il est surtout primaire et parfois secondaire à une prise médicamenteuse, un déficit en fer, une insuffisance rénale terminale, une grossesse ou une neuropathie périphérique, mais ne prédispose pas à la maladie de Parkinson. Plusieurs mécanismes seraient impliqués dans le SJSR : un dérèglement du métabolisme du fer central, de la dopamine et des systèmes de contrôle de la douleur avec une composante génétique et la découverte de neuf loci de susceptibilité et trois polymorphismes géniques. Le traitement comporte des règles d’hygiène et un traitement martial et dopaminergique (pramipexole, ropinirole). Dans les formes résistantes ou sévères, les opiacés et les anticonvulsivants peuvent être utilisés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Restless-legs syndrome (RLS) is a sensorimotor disorder, characterized by an irresistible urge to move the legs usually accompanied or caused by uncomfortable and unpleasant sensations. It begins or worsens during periods of rest or inactivity, is partially or totally relieved by movements and is exacerbated or occurs at night and in the evening. RLS sufferers represent 2 to 3% of the general population in Western countries. Supportive criteria include a family history, the presence of periodic-leg movements (PLM) when awake or asleep and a positive response to dopaminergic treatment. The RLS phenotypes include an early onset form, usually idiopathic with a familial history and a late onset form, usually secondary to peripheral neuropathy. Recently, an atypical RLS phenotype without PLM and l-DOPA resistant has been characterized. RLS can occur in childhood and should be distinguished from attention deficit/hyperactivity disorder, growing pains and sleep complaints in childhood. RLS should be included in the diagnosis of all patients consulting for sleep complaints or discomfort in the lower limbs. It should be differentiated from akathisia, that is, an urge to move the whole body without uncomfortable sensations. Polysomnographic studies and the suggested immobilization test can detect PLM. Furthermore, an l-DOPA challenge has recently been validated to support the diagnosis of RLS. RLS may cause severe-sleep disturbances, poor quality of life, depressive and anxious symptoms and may be a risk factor for cardiovascular disease. In most cases, RLS is idiopathic. It may also be secondary to iron deficiency, end-stage renal disease, pregnancy, peripheral neuropathy and drugs, such as antipsychotics and antidepressants. The small-fiber neuropathy can mimic RLS or even trigger it. RLS is associated with many neurological and sleep disorders including Parkinson’s disease, but does not predispose to these diseases. The pathophysiology of RLS includes an altered brain-iron metabolism, a dopaminergic dysfunction, a probable role of pain control systems and a genetic susceptibility with nine loci and three polymorphisms in genes serving developmental functions. RLS treatment begins with the elimination of triggering factors and iron supplementation when deficient. Mild or intermittent RLS is usually treated with low doses of l-DOPA or codeine; the first-line treatment for moderate to severe RLS is dopaminergic agonists (pramipexole, ropinirole, rotigotine). In severe, refractory or neuropathy-associated RLS, antiepileptic (gabapentin, pregabalin) or opioid (oxycodone, tramadol) drugs can be used.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Syndrome des jambes sans repos, Mouvements périodiques des jambes, Maladie de Parkinson, Akathisie, Douleur

Keywords : Restless-legs syndrome, Periodic-limb movements, Parkinson’s disease, Akathisia, Pain


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 164 - N° 8-9

P. 701-721 - août 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Fatal insomnia and agrypnia excitata: Sleep and the limbic system
  • F. Provini, P. Cortelli, P. Montagna, P. Gambetti, E. Lugaresi
| Article suivant Article suivant
  • POEMS syndrome avec plasmocytome ostéolytique
  • M.A. Rafai, H. Fadel, F.Z. Boulaajaj, M. Sibai, M. Rafai, B. El Moutawakkil, M. Bourezgui, M. Trafeh, I. Slassi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.