Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

COL07-03 : La résistance primaire existe-t-elle dans les infections à mycobactéries non tuberculeuses à croissance lente ? - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70071-X 
A. Renvoisé 1, F. Brossier 1, N. Veziris 1, E. Galati 2, V. Jarlier 1, C. Bernard 1
1 INSERM, U1135 ; UPMC ; AP-HP, Hôpital Pitié-Salpêtrière ; CNR MyRMA, Paris, France 
2 AP-HP, Hôpital Pitié-Salpêtrière ; CNR MyRMA, Paris, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Une enquête destinée à évaluer la prévalence des résistances primaire (R-Iaire) et secondaire (R-IIaire) des mycobactéries non tuberculeuses à croissance lente (MNT-CL) a porté sur 430 souches consécutives de Mycobacterium avium, 341 M. intracellulare, 194 M. xenopi, et 109 M. kansasii, considérées comme responsables d’infection, isolées de 2006 à 2011.

Matériels et méthodes

La notion d’un antécédent de traitement a été relevée prospectivement. La sensibilité aux principaux antibiotiques utilisés en thérapeutique a été mesurée et la prévalence des résistances a été évaluée pour les cas sans antécédent (R-Iaire) ou avec antécédent (R-IIaire) de traitement.

Résultats

Pour M. avium complex (MAC), aucune R-Iaire n’a été trouvée, mais la prévalence de la R-IIaire à la clarithromycine et à l’amikacine était respectivement de 34 % (33/97) et 12 % (7/58) pour M. avium, et de 6 % (4/64) et 2 % (1/44) pour M. intracellulare. Pour M. xenopi, aucune résistance à la moxifloxacine n’a été détectée, mais une R-IIaire à la clarithromycine a été observée pour 7 % (2/29) des souches. Enfin, pour M. kansasii, aucune résistance à la clarithromycine, la moxifloxacine ou la rifampicine n’a été détectée.

Conclusion

(a) Aucun cas de R-Iaire n’a été détecté chez les MNT-CL, ce qui est logique puisqu’il n’y a pas de transmission croisée. Cela permet, en l’absence d’antécédents de traitement, d’instituer un traitement sans test de sensibilité, sur la base du profil naturel de sensibilité propre à l’espèce ; les tests de sensibilité devraient donc être réservés aux cas d’échecs ou de rechute. (b) La R-IIaire existe pour MAC et M. xenopi mais pour M. kansasii. Sur la base de cette constatation les traitements disponibles peuvent être considérés comme satisfaisants pour M. kansasii mais pas pour MAC ni pour M. xenopi.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 13 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • COL07-02 : Enquête autour d’un cas de tuberculose : nouvelles recommandations
  • M. Comolet
| Article suivant Article suivant
  • COL07-04 : Tolérance des traitements antituberculeux chez 247 patients
  • B. Lefevre, M. Revest, S. Patrat-Delon, C. Piau, C. Arvieux, P. Tattevin, C. Michelet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.