Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

COL08-01 : Infection post-arthrodèse rachidienne : étude descriptive d’une cohorte de 129 patients - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70074-5 
H. Wille 1, A. Desclaux 1, H. Dutronc 1, F.-A. Dauchy 1, G. Wirth 1, J.-M. Vital 1, M. Dupon 1
1 Hôpital Pellegrin, CHU de Bordeaux, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Les infections sur matériel d’arthrodèse rachidien (IMA) survenant dans les 3 mois après la chirurgie initiale relèvent d’une prise en charge multidisciplinaire par débridement-lavage et antibiothérapie adaptée prolongée. Notre étude décrit les caractéristiques des patients infectés et leur évolution.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective de 129 patients ayant présenté une IMA parmi 4 290 patients opérés entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2012 au CHU. L’échec était défini par une rechute à l’arrêt de l’antibiothérapie durant 12 mois de suivi.

Résultats

L’incidence d’IMA était de 3 % (intervalle de confiance à 95 % [IC95] : 2,5–3,5). L’âge médian était de 57 ans (espace interquartile [EIQ] : 45–68). Quatorze patients (11,5 %) étaient obèses et autant diabétiques. Dixneuf patients (15 %) étaient immunodéprimés et 25 (19 %) dénutris. Vingtneuf patients (22,5 %) avaient un score ASA > 2. Vingt et un patients (28,5 %) étaient tabagiques actifs. La chirurgie était réalisée pour motif dégénératif, traumatique et néoplasique respectivement dans 77,5, 18 et 4,5 % des cas. Quarante-sept patients (36,5 %) avaient plus de 5 vertébres fusionnées et 39 (30 %) une cage intersomatique. Staphylocccus aureus (S. aureus), une entérobactérie (BGN) et une flore polymicrobienne étaient trouvés respectivement dans 44, 18 et 13 % des cas. Un second débridement-lavage a été réalisé dans 15 % des cas. La durée médiane de l’antibiothérapie était de 12 semaines (EIQ : 9–12). Neuf patients (7 % ; IC95 : 3–11) ont rechuté au cours du suivi. Le faible nombre de rechutes ne nous a pas permis d’identifier des facteurs pronostiques.

Conclusion

Si notre étude confirme que la majorité des IMA sont à S. aureus (44 %), elle souligne également l’importance des infections à BGN (18 %). Un débridement-lavage avec antibiothérapie prolongée pour IMA reste une stratégie efficace avec 93 % de guérison.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 15 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • COL07-05 : Place de la chirurgie dans la prise en charge de tuberculoses pulmonaires multirésistantes (MDR-TBP)
  • D. Le Dû, B. Henry, P. Mordant, G. Mellon, E. Caumes, F. Métivier, M. Jachym
| Article suivant Article suivant
  • COL08-02 : Infections ostéo-articulaires à germes anaérobies : séries de 61 cas
  • G. Walter, M. Vernier, M. Million, P. Seng, A. Stein

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.