Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

A-18: Utilisation des résistances lymphocytaires pour l’adaptation du traitement antirétroviral - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70101-5 
E. Denes 1, P. Weinbreck 1, S. Ranger-Rogez 1
1 CHU Dupuytren, Limoges, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Grâce aux multithérapies, la majorité des patients VIH ont une charge virale indétectable. Il est donc impossible de rechercher une résistance plasmatique (RP) si l’on désire changer leur traitement. Nous nous sommes demandé si les résistances lymphocytaires (RL) pouvaient aider le médecin dans le choix d’un nouveau traitement.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective des RL effectuées dans le but d’une modification thérapeutique chez des patients ayant une antériorité de RP.

Résultats

Entre mai 2012 et septembre 2013, 17 patients ont été inclus. La charge virale était indétectable depuis 7,7 ans en moyenne. La concordance entre RL et RP dépendait de la famille thérapeutique. Les mutations connues n’ont pas été retrouvées dans les RL pour 41 %, 53 % et 17 % des cas respectivement pour les NRTI, NNRTI et IP. Des mutations connues ont été partiellement retrouvées dans 30 % des cas pour les NRTI, et 12 % pour les NNRTI et IP, parfois associées à de nouvelles mutations. Chez un seul patient il existait une concordance parfaite pour les NRTI et NNRTI. Le délai entre l’obtention d’une indétectabilité et la réalisation des RL n’avait pas d’influence. Il n’existait pas de mutations disparaissant plus que d’autres. Dans 2 cas, les mutations trouvées dans les RL modifiaient l’interprétation des résistances : 1 cas de résistance de type TAM non connue et 1 cas une diminution de sensibilité à l’abacavir et au ténofovir. Seize patients avaient eu des NNRTI et 14 d’entre eux avaient développé des résistances. Pour 6, un NNRTI de nouvelle génération a pu être prescrit grâce aux résultats des RL. Chez ces patients, le traitement était toujours efficace après un suivi moyen de 12 mois.

Conclusion

Les RL peuvent aider le clinicien pour la modification du traitement, particulièrement pour les NNRTI. Cependant, il faut les analyser en parallèle des RP connues car il existe des mutations potentiellement archivées dans d’autres compartiments et non vues sur les RL.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 23 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • A-17: Les patients séropositifs pour le VIH connaissent-ils leur maladie ?
  • C. Genet-Villéger, E. Denes, S. Ducroix-Roubertou, P. Pinet, J. Pascual, H. Durox, P. Weinbreck
| Article suivant Article suivant
  • A-19: Infections invasives à pneumocoque chez le patient infecté par le VIH : facteurs de risques et caractéristiques microbiologiques
  • A.-L. Munier, V. de Lastours, J.-L. Donay, E. Varon, R. Porcher, J.-M. Molina

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.