Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

A-17: Les patients séropositifs pour le VIH connaissent-ils leur maladie ? - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70100-3 
C. Genet-Villéger 1, E. Denes 1, S. Ducroix-Roubertou 1, P. Pinet 1, J. Pascual 1, H. Durox 1, P. Weinbreck 1
1 CHU Dupuytren, Limoges, France 

Résumé

Introduction – objectifs

La connaissance d’une maladie chronique nous paraît importante pour favoriser l’observance du traitement. Nous avons voulu évaluer les connaissances des patients pour leur maladie VIH, devenue chronique.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective réalisée dans un CHU sur 6 mois en 2013, par un questionnaire anonyme. Étaient exclus les nouveaux patients, les non francophones et les non lecteurs.

Résultats

L’étude a porté sur 176 patients (72 % français) dont 2/3 d’hommes, d’âge médian 48 ans (20 – 74). La moitié est suivie depuis plus de 10 ans. Ils sont 85 % à estimer être assez informés. L’étiologie virale est connue dans 90 %. La transmission par le sang et le sexe est citée dans 80 %. Concernant les conséquences de l’infection, 31 % ont répondu : la baisse des défenses immunitaires. Seuls 38 % expliquent ce que sont les CD4, mais 61 % connaissent leur dernier résultat. Ils sont 90 % à déclarer avoir une charge virale indétectable mais seule la moitié peut définir ce qu’est la charge virale. Le terme « indétectabilité » n’est expliqué que par 36 %. Presque tous (95 %) prennent un traitement. Un tiers des patients sait que l’action est dirigée contre le virus et 58 % estiment qu’il agit directement sur les CD4. Seuls 11 % répondent qu’il bloque la multiplication du virus et 12 % connaissent l’intérêt de la multithérapie. La moitié connait les conséquences d’une mauvaise observance mais seuls 21 % parlent de résistance. Plus de la moitié (60 %) déclare se renseigner sur la maladie, 34 % sur le traitement, par internet ou la presse. Seuls 25 %, ont eu un contact avec l’éducation thérapeutique et 22 % désireraient y avoir recours. Le médecin spécialiste reste le principal interlocuteur.

Conclusion

Même si les patients se sentent suffisamment informés, leur connaissance de la maladie et du traitement est pour la plupart limitée. Les équipes (médicale et paramédicale) doivent rester à l’écoute pour maintenir l’information.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 23 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • A-16: Enfants infectés par le VIH hospitalisés pour une malnutrition aiguë: effet bénéfique du traitement antirétroviral sur la survie
  • C. Loze, C. Yonaba, P. Ouedraogo, F. Koueta, B. Pereira, J. Drabo, C. Jacomet
| Article suivant Article suivant
  • A-18: Utilisation des résistances lymphocytaires pour l’adaptation du traitement antirétroviral
  • E. Denes, P. Weinbreck, S. Ranger-Rogez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.