Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

A-28: Le raltégravir, en permettant l’accumulation d’ADN viral, est-il en cause dans les charges virales faiblement positives ? - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70111-8 
J.-C. Gagnard 1, E. Denes 1, P. Pinet 1, S. Ducroix-Roubertou 1, C. Genet-Villéger 1, P. Weinbreck 1, S. Rogez 1
1 CHU Dupuytren, Limoges, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Le raltégravir par son mécanisme inhibiteur de l’intégrase, empêche l’intégration de l’ADN proviral dans les chromosomes cellulaires. L’ADN proviral est alors circularisé dans les cellules. Nous avons cherché à savoir si les charges virales faiblement positives, détectées chez les patients VIH positifs traités par le raltégravir, pouvaient être lié à la détection de l’ADN proviral circularisé et relargué dans le sérum.

Matériels et méthodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective sur 2 ans (2012–2013) sur la cohorte des patients suivis dans notre établissement. Nous avons comparé les patients ayant sur 2 niveaux de charge virale faible les patients prenant ou non du raltégravir. Les niveaux de charge virale étaient définis par : « faible » pour des CV ≤ à 100 copies/mL et « indétectable mais non quantifiable » pour des CV ≤ 40 copies/mL avec un signal témoignant d’une réplication à bas bruit. Le test de Chi2 était utilisé.

Résultats

L’étude a porté sur une file active de 574 patients. Que ce soit pour les patients avec une charge virale « faible », ou avec une charge virale « indétectable mais non quantifiable », il n’existe pas de différence entre les patients prenant ou non du raltégravir : p=0,46 et p=0,86 respectivement.

Conclusion

Bien que séduisante, l’idée d’une charge virale faiblement détectable, en lien, non pas avec une réplication virale mais avec un relargage d’un ADN non intégré et circularisé n’a pas été mise en évidence dans notre étude. Cette hypothèse mériterait d’être re-tester à plus grande échelle car les essais d’intensification avec le raltégravir n’ont pas permis d’obtenir l’indétectabilité, ce qui va dans le même sens que notre étude

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 26 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • A-27: L’association diabète et infection à VIH, quelle stratégie de prise en charge ?
  • N. Mouffok, F. Bensadoun
| Article suivant Article suivant
  • A-29: Arrêts de traitement par rilpivirine/emtricitabine/ténofovir disoproxil en un comprimé lors des switchs pour simplification chez des patients VIH bien contrôlés
  • M. Poupard, S. Ferreira, A. Boussairi, B. Frison, C. Charpentier, M.-A. Khuong-Josses

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.