Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

A-33: Onychopathies chez les PVVIH : à propos de 88 cas et revue de la littérature - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70116-7 
L. Badaoui 1, G. Dabo 1, R. Bensghir 1, M. Sodqi 1, L. Marih 1, A. Chakib 1, K. Marhoum El filali 1
1 CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Résumé

Introduction – objectifs

Les onychopathies chez les PVVIH sont fréquentes et sont dominées par les onychomycoses. Le but de travail était de déterminer les profils épidémio-clinique et mycologique des onychopathies chez PVVIH

Matériels et méthodes

Étude prospective qui s’est déroulé sur 3 mois dans le service de maladies infectieuses. Ont été inclus tous les patients infectés par le VIH et qui présentent une dystrophie des ongles des mains et/ou des pieds et n’ayant pas reçu un traitement antifongique dans les 3 mois précédents.

Résultats

Nous avons inclus 88 patients. L’âge moyen était de 42 ans. Le sexe masculin a prédominé. Les anomalies unguéales étaient présentes dans 48 cas (54,5 %). Les onychomycoses étaient présentes dans 42 cas (48 %) avec des présentations cliniques sous unguéale distale et latérale (47 %) ; superficielle blanche (5 %) sous unguéale proximal (21 %), dystrophie unguéale totale (26 %). L’atteinte des ongles des orteils a été retrouvée chez 26 patients (61 %) et l’atteinte des ongles de doigts chez 11 patients (26 %). Une double localisation a été observée chez 5 patients et la polydactylie chez 27 patients (46 %). Les aspects cliniques étaient représentés par : Xanthonychie (19 cas), pachonychie (17 cas), onycholyse (7 cas), leuconychie (6 cas) et melanonychie (4 cas). L’examen mycologique a été réalisé dans 30 cas (34 %). La culture a permis la confirmation des onychomycoses dans 73,3 % de cas. L’onychomycose non dermatophytiques a été retrouvée dans 12 cas. Les onychopathies non mycosiques étaient présentes dans 6 cas (7 %) dont 5 cas de melanonychie diffuse et 1 cas de bande erytronychie.

Conclusion

Les onychopathies chez les PVVIH restent très fréquente et la prise en charge difficile.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 27 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • A-32: Analyse rétrospective des caractéristiques associées aux co-infections HTLV1/VIH
  • V. Ronin, S. Pierre-François, S. Abel, R. Césaire, A. Cabié
| Article suivant Article suivant
  • A-34: Évaluation de l’atazanavir 300 mg (ATV) non boosté par le ritonavir (RTV) au cours de la grossesse de femmes infectées par le VIH
  • M.-G. Lebrette, M. Hamidi, E. Bui, J.-M. Poirier, B. Carbonne, P.-M. Girard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.