Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

B-02: L’infection par le VHC en prison et en population générale : comparaison des facteurs de risque pour identifier les interventions prioritaires - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70123-4 
P. Roux 1, L. Sagaon-Teyssier 1, C. Lions 1, L. Fugon 1, P. Verger 1, P. Carrieri 1
1 INSERM U912/ORS PACA, Marseille, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Le rôle de certains facteurs de risque de transmission du virus de l’hépatite C (VHC) varie selon le contexte. L’utilisation des données issues de l’enquête réalisée dans les centres de dépistage (CDAG) de la région PACA nous permet de comparer les facteurs de risque du VHC en prison et en population générale.

Matériels et méthodes

Un système de surveillance du VHC a été mis en place entre 2004 et 2010 dans la région PACA. L’enquête a été réalisée dans 22 CDAG (dont 3 en prison) et 4 Centres de Santé. La méthode statistique a consisté à réaliser un score de propension afin de rendre comparable les deux populations (carcérale et générale). Ensuite, un multi-modèle basé sur une régression de Poisson a permis d’estimer le niveau de preuve des différents facteurs de risque du VHC (fort, faible, aucun) dans chaque groupe.

Résultats

Parmi les 65 892 participants, la prévalence du VHC était de 1,5 % (n=59 827) en population générale et 5,2 % (n=6 065) en prison. Dans les deux populations, l « ‘usage de drogue par injection » avec ou sans sniffing était très associé au VHC. En revanche, l’« usage de drogue par sniffing » apparaît comme un facteur de risque du VHC à fort niveau de preuve seulement en prison [OR [95 % CI] : 2,21 [1,39-3,52]. La pratique du tattoos et du piercing ainsi que le partage du matériel de toilette apparaissent comme des facteurs de risque du VHC à faible niveau de preuve en prison.

Conclusion

Les facteurs de risque du VHC sont différents en prison et en population générale avec des pratiques à risque spécifiques en prison : l’usage de drogues par sniffing, le tattoo ou le piercing. Il est important de faciliter l’accès à des interventions de prévention de la transmission du VHC en prison pour des raisons de santé publique mais aussi d’équité dans l’accès aux soins et à la prévention.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 29 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • B-01: La co-infection VIH/VHB/VHC à l’hôpital principal de Dakar
  • P.-S. Ba, A. Niang, A.-K. Fall, A. Ndao Fall, K.-M. Ba Fall
| Article suivant Article suivant
  • B-03: Un nouvel outil audiovisuel de prévention de l’hépatite B : une approche transculturelle
  • J. Lacoue-Labarthe, M. Sanou, L. Bruneau, C. Biron, F. Raffi, V. Briend-Godet, J. Coutherut

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.