Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

COL02-01: Diagnostic des infections pneumococciques en réanimation - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70044-7 
N. Issa 1, E. Bessede 1, G. Mourissoux 1, O. Guisset 1, C. Gabinski 1, F. Camou 1
1 CHU de Bordeaux, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Afin de rationaliser la prescription des examens biologiques au cours des infections respiratoires, nous avons choisi d’étudier les modalités diagnostiques des pneumococcies en réanimation.

Matériels et méthodes

Entre 2009 et 2013, un recueil rétrospectif des infections à pneumocoque, admises en réanimation médicale (8 lits) et surveillance continue (6 lits) a été réalisé afin d’étudier l’apport diagnostique microbiologique des examens pratiqués.

Résultats

Au total, 148 pneumococcies ont été étudiées (sex ratio = 1,4 ; âge moyen = 61 ans ; 44 (29,7 %) patients ≥ 75 ans) : 24 (16,2 %) exacerbations aiguës de BPCO, 119 (80,4 %) pneumonies aiguës communautaires (PAC) et 5 (3,4 %) méningites. Au moins un facteur de risque d’infection à pneumocoque était identifié pour 92 patients (62,2 %). Trente-neuf (26,4 %) et 64 (43,2 %) patients présentaient respectivement un choc septique ou un sepsis sévère et 94 (63,5 %) ont bénéficié d’un ventilation mécanique. Soixante-douze (48,6 %) admissions ont eu lieu entre novembre et février. Globalement, 135 (91,2 %), 101 (68,2 %) et 118 (79,7 %) patients ont bénéficié, respectivement, d’une antigénurie pneumococcique (AP), d’un ECBC (ou aspiration trachéale) et d’hémocultures. Les sensibilités mesurées pour l’AP, l’ECBC et les hémocultures ont été respectivement de 82,9 %, 37,6 % et 29,7 %. La sensibilité de l’AP était plus élevée en cas de bactériémie (94,3 %). Pour 77 patients (52 %), l’AP était le seul examen positif et pour 33 patients (22,3 %), le diagnostic a reposé sur l’ECBC et/ou les hémocultures.

Conclusion

Ces résultats confirment l’intérêt diagnostique étiologique de l’AP. En revanche, comme nous l’avons recommandé au sein de notre établissement, plutôt que de réaliser en urgence une AP pour tous (aucun impact thérapeutique), il est préférable de ne la prescrire que si l’ECBC et les hémocultures sont négatifs après 48 heures.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 3 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • COL01-05: Évaluation de la concordance des valeurs du Fibroscan et du Fibrotest chez les porteurs chroniques du virus de l’hépatite B
  • A. Benyahia, A.-H. Ameghchouche, S. Tebbal
| Article suivant Article suivant
  • COL02-02: Intérêt de la recherche de virus respiratoires par PCR multiplex dans les pneumopathies communautaires de l’adulte vu aux urgences – protocole PACSCAN
  • N. Houhou, D. Debashish, P. Hausfater, C. Ficko, M. Benjoar, Y.-E. Claessens, C. Leport

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.