Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

C-03: Risque rabique après morsure par primate non humain - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70129-5 
A. Blaise 1, P. Parola 1, P. Brouqui 1, P. Gautret 1
1 Assistance publique hôpitaux de Marseille, CHU Nord, pôle infectieux, institut hospitalo-universitaire méditerranée infection, Marseille, France 

Résumé

Introduction – objectifs

La morsure par primate est la deuxième cause de morsure chez le voyageur, et la première au retour d’Asie. La connaissance de l’épidémiologie et de la prise en charge thérapeutique de ces morsures est donc d’importance.

Matériels et méthodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective portant sur les circonstances de survenue et la prise en charge thérapeutique de ces morsures chez les patients consultant entre janvier 2001 et décembre 2013 au centre antirabique (CAR).

Résultats

120 dossiers ont été analysés pendant ces 13 ans (65 femmes et 55 hommes, d’âge médian 27 ans). 98 % de patients ne sont pas vaccinés préventivement contre la rage avant la morsure. 9 % des patients sont mordus en France, avec une prise en charge thérapeutique du risque rabique conforme aux recommandations de l’OMS dans 64 % des cas. 91 % des patients sont mordus à l’étranger, particulièrement en Asie (Indonésie et Thaïlande), dans un délai médian de 11 jours après leur arrivée, pour une durée médiane totale de voyage de 17 jours. 53 % de ces voyageurs attendent de consulter au CAR en France, et 88 % reçoivent une thérapeutique adaptée à leur type de morsure. 47 % des voyageurs consultent dans le pays d’exposition, avec une prise en charge adaptée pour 47 % ; secondairement, ces patients consultent en CAR, avec un rattrapage vaccinal de façon conforme aux recommandations dans 96 % des cas. Cependant, 37 % des patients pris en charge à l’étranger pour lesquelles des immunoglobulines antirabiques auraient été indiquées ne les ont pas reçues du fait du délai entre la première vaccination et la consultation au CAR. Aucun cas de rage n’a été observé.

Conclusion

L’immense majorité des patients mordus le sont dans deux pays spécifiques, il apparait donc important de renforcer l’information et la prévention chez ces patients. La prise en charge sur le lieu de voyage est souvent inadaptée, notamment pour les immunoglobulines, ce qui soulève la question de la vaccination préventive avant le voyage.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 31 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • C-02: Mononucléose infectieuse sévère de l’adulte immunocompétent : facteurs de risque
  • A.-C. Wemel, C. Ficko, A. Mayet, S. Bellier, C. Bigaillon, C. Rapp
| Article suivant Article suivant
  • C-04: La rage humaine : états des lieux
  • L. Badaoui, G. Dabo, M. Sodqi, L. Marih, A. Chakib, K. Marhoum El filali

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.