Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

C-08: Impact de la charge virale HPV16 dans l’évolution d’une dysplasie anale - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70134-9 
V. Bergamaschi 1, O. Faucher 1, E. Ressiot 1, S. Bregigeon 1, V. Obry 1, C. Tamalet 2, I. Poizot-Martin 2
1 Aix-Marseille Univ, APHM Sainte-Marguerite, Service d’immuno-hématologie clinique, Marseille, France 
2 IHU Méditerranée infection, pôle des maladies infectieuses et tropicales clinique et biologique, fédération de bactériologie-hygiène-virologie, CHU Timone, APHM, Marseille, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Décrire l’évolution d’une dysplasie anale de bas grade (LSIL) ou haut grade (HSIL) diagnostiquée sur un premier frottis anal de dépistage chez des patients infectés par le VIH selon le niveau de la charge virale HPV.

Matériels et méthodes

Sélection au sein de notre base de données Nadis® des patients ayant bénéficié d’un dépistage du cancer anal (frottis anal, génotypage HPV, charge virale HPV16 et HPV18) entre janvier 2008 et juin 2013, avec un diagnostic de dysplasie anale et ayant bénéficié d’au moins un frottis anal de suivi. Recueil des caractéristiques démographiques, viro-immunologiques au premier frottis.

Résultats

Parmi les 382 patients dépistés, 158 (41 %) sont porteurs d’une dysplasie anale et 97 ont eu au moins 2 frottis (30 avant et 67 après) avec une médiane de suivi de 2,6 ans. Soixante neuf (71 %) sont des hommes (HSH : 54, 56 %) avec une médiane de suivi VIH de 14,7 ans et 79 (81 %) ont une CV VIH < 40cp/ml. Quatre-vingt quatorze (97 %) ont un LSIL (pLSIL), 63/76 (83 %) sont porteurs d’un HPV (46 HPV multiples), dont 41 (54 %) infectés par HPV16 et 13 (17 %) par HPV18. Une évolution vers un HSIL est observée chez 6 pLSIL (médiane CVHPV16 (n=4) : 7,6 [7,2 ; 8,5] log cp/106 cel) et 69 pLSIL gardent un frottis LSIL ou ont un frottis de suivi normal (médiane CVHPV16 (n=32) : 6,0 [4,9 ; 7,4] log cp/106 cel ; p=0,03). Deux des patients HSIL (HPV18 : n=1) évoluent vers un LSIL.

Conclusion

Le niveau de réplication du virus HPV16 semble influencer l’histoire naturelle des dysplasies anales. La valeur prédictive de la CVHPV16 reste cependant à définir.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 33 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • C-07: Rhumatismes post-chikungunya : intérêt du traitement précoce par méthotrexate des formes inflammatoires chroniques
  • E. Javelle, A. Ribera, I. Degasne, F. Simon
| Article suivant Article suivant
  • D-01: DIHosp – Motifs d’hospitalisation en urgence de patients porteurs de déficits immunitaires héréditaires
  • H. Coignard-Biehler, N. Mahlaoui, P. Brosselin, N. de Vergnes, V. Barlogis, O. Lortholary, A. Fischer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.