Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

D-05: Surveillance des infections associées aux soins après transplantation de rein ou rein-pancréas - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70139-8 
C. Cahuzac 1, T. Bénet 1, C. Dananché 1, L. Badet 1, C. Pouteil-Noble 1, E. Morelon 1, P. Vanhems 1
1 Hôpital Edouard-Herriot, Lyon, France 

Résumé

Introduction – objectifs

L’objectif était d’estimer l’incidence des infections associées aux soins (IAS) chez les patients greffés de rein ou rein-pancréas, peu documentée dans la littérature en France.

Matériels et méthodes

Une surveillance active prospective a été réalisée entre septembre 2012 et septembre 2013 auprès des nouveaux patients greffés de rein ou rein-pancréas d’un CHU. Les infections urinaires nosocomiales (IUN), bactériémies nosocomiales (BN) et infections sur site opératoire (ISO) survenant durant le séjour post-greffe ont été recensées, elles étaient définies selon les critères du réseau de national de surveillance RAISIN.

Résultats

Au total, 147 patients ont été greffés dont 28 (19 %) étaient des greffes de rein-pancréas. La durée de séjour moyenne était de 19 jours, un patient est décédé. L’antibioprophylaxie per-opératoire était ceftriaxone pour 91 % (n=108) des greffés de rein et une association ceftriaxone-metronidazole +/-fluconazole pour 86 % (n=24) des greffés rein-pancréas. Le taux d’attaque (TA) des IAS était de 20,4 % (n=30), dont 22 (TA=15 %) IUN, 5 (TA = 3,4 %) ISO et 10 (TA=6,8 %) BN. L’incidence des IUN était de 3,8 (IC 95 % 1,9-6,8)/100 patient-jours, l’incidence des BN était de 8,9 (IC 95 % 5,7-13,3)/ 1 000 patient-jours. Les ISO étaient plus fréquentes chez les patients greffés rein-pancréas (10,7 %, n=3) par rapport au greffés de rein seul (1,7 %, n=2, p=0,02), les taux d’IUN et de BN ne différaient pas selon le type de greffe. Les micro-organismes les plus fréquents étaient E. coli (n=10, 24 %), E. faecalis (n=10, 24 %) et E. faecium (n=5, 12 %). Onze des entérobactéries (73 %) étaient résistantes aux céphalosporines de 3e génération.

Conclusion

Les IAS sont fréquentes chez les patients greffés de rein ou rein-pancréas, les IUN en sont la principale cause. Les patients greffés reinpancréas sont plus à risque d’ISO dans la population de l’étude.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 35 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • D-04: Traitement par fumagilline de la microsporidiose à Enterocytozoon bieneusi chez les transplantés rénaux : 2 cas rapportés
  • V. Labat, M. Chaslot, D. Morel, O. Gerbouin, J. Grellet, P. Merville
| Article suivant Article suivant
  • D-06: Déficits immunitaires et infections en réanimation
  • A. Baldolli, N. Martin Silva, A. Seguin, B. Bienvenu, G. Maigne

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.