Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

E-02: Incidence, caractéristiques et prise en charge des diarrhées à Clostridium difficile (ICD) dans un CHG - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70142-8 
A. Vachée 4, C. Laurans 1, A. Meybeck 2, C. De Souza 3
1 EOHI CH de Roubaix, Roubaix, France 
2 Infectiologie CH de Tourcoing, Tourcoing, France 
3 Gériatrie CH de Roubaix, Roubaix, France 
4 Bactériologie CH de Roubaix, Roubaix, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Au sein d’un CHG (800 lits de MCO, 400 lits de SSR/USLD/EHPAD) sont pris en charge des patients atteints d’ICD, majoritairement d’origine nosocomiale, parfois liées à une souche de type « O27 ». Suite aux évolutions concernant le diagnostic et la thérapeutique des ICD, l’objectif est de décrire les patients ayant présenté une ICD en 2013 ainsi que leurs modalités de prise en charge.

Matériels et méthodes

Depuis 2012, toute recherche d’ICD fait l’objet d’une détection de la GDH suivie, en cas de positivité, d’une recherche de toxine B par PCR (Cepheid). En 2013, les données démographiques, les facteurs de risque, les traitements et le devenir des patients atteints d’ICD, ont été recueillies. L’incidence des ICD, corrélée à la densité de prescription des tests, est suivie depuis 2007.

Résultats

L’incidence des ICD est de 2,5 pour 10 000 j d’hospitalisation en 2013 pour une densité de prescription de 35 pour 10 000 patients-jours. Parmi les 98 patients ayant contracté une ICD (ratio h/f 0,63, âge moyen 72,5 ans +/− 19,9), 79 étaient hospitalisés depuis plus de 48h (69 % en médecine, 11 % en oncohématologie, 7 % en réanimation et 11 % en SSR/USLD), 14 patients sont décédés et 18 avaient une souche O27. Le délai moyen entre admission et diagnostic était de 24 jours (+/− 41). La majorité des patients (77 %) ont présenté 1 épisode unique d’ICD, 18 % une récidive et 5 % au moins 2 récidives. Chez 70 % des cas, une antibiothérapie préalable est retrouvée, 21 % un IPP et 21 % étaient immunodéprimés. Un 1er épisode était traité par métronidazole (93 %), tandis qu’un 2nd épisode bénéficiait de vancomycine (72 %) ou de fidaxomicine (11 %). La durée moyenne de séjour était de 41 jours (+/− 45).

Conclusion

Ce travail souligne la problématique des récidives et de l’augmentation des durées de séjour chez les patients atteints d’ICD.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 36 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • E-01: Diagnostic bactériologique des infections à Clostridium difficile : comparaison de 3 techniques en 2 temps
  • J. Goret, J. Blanchi, C. Eckert, A. Petit, F. Barbut, C. Bébéar, F. Mégraud
| Article suivant Article suivant
  • E-03: Évolution à 2 mois des infections à C. difficile (ICD) : cohorte prospective
  • N. Khanafer, M. Perraud, C. El Guerche Seblain, F. Vandenesh, N. Voirin, P. Vanhems

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.