Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

E-13: Épidémiologie des infections invasives à pneumocoque de l’adulte, phase pilote du réseau SIIP - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70153-2 
J. Gaillat 1, M.-C. Ploy 2, I. Pelloux 3, P. Lanotte 4, L. Maulin 5, E. Varon 6, A. Lepoutre 7
1 SPILF, CH Annecy, Annecy, France 
2 CHU Limoges, Limoges, France 
3 CHU Grenoble, Grenoble, France 
4 CHU Tours, Tours, France 
5 CH Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, France 
6 CNR pneumocoque (CNRP) HEGP AP-HP, Paris, France 
7 InVS, Saint-Maurice, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Dans le contexte de l’extension d’AMM du vaccin pneumococcique conjugué 13-valent (VPC13) : 1) étudier l’incidence et l’évolution des infections invasives à pneumocoque chez l’adulte hors méningite en fonction des facteurs de risque (FR), couplées à la microbiologie 2) évaluer l’impact du VPC13. Le pilote visait à tester la faisabilité du recueil.

Matériels et méthodes

Cohorte descriptive prospective associant les réseaux des observatoires régionaux du pneumocoque (ORP), le CNRP, la SPILF et l’InVS. Les données microbiologiques et cliniques sont recueillies par un binôme microbiologiste-clinicien. Les souches sont sérotypées au CNRP. 20 établissements ont participé à la phase pilote débutée le 18 octobre 2012.

Résultats

Au 9 décembre 2013, 135 cas ont été documentés (14 cas non documentés). L’âge moyen était de 70 ans, le sex-ratio F/M de 1,1 ; 75 % des cas avaient ≥ 1 FR, 54 % ≥ 2 FR et 28 % une immunodépression ; 60 % étaient en ALD. Seuls 3 % étaient vaccinés contre le pneumocoque. Le foyer infectieux était une pneumonie (73 %), une pleuro-pneumonie (15 %), un autre site infectieux (5 %), et inconnu (8 %) ; 33 % des cas ont été admis en réanimation, 20 % ventilés et 14 % sont décédés (9 % si 0 FR vs 15 % si ≥ 1 FR), la DMS était de 19±23 jours.

94% des pneumocoques étaient sensibles à amoxicilline, 70 % au cefotaxime et 76 % à l’érythromycine.

Trois sérotypes prédominent : 3, 7F et 19A. Le VPC13 ou le polysaccharidique 23-valent couvrent respectivement 51 % et 82 % des cas.

Conclusion

La qualité du recueil, l’implication des binômes clinicomicrobiologistes et les 1ers résultats permettent l’extension du réseau. L’inclusion de 520 cas annuels est visée afin d’évaluer l’impact de la vaccination par le VPC13 en fonction des FR, de la gravité et des sérotypes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 39 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • E-12: Infections à S. lugdunensis : une bactérie virulente ?
  • X. Argemi, D. Keller, Y. Hansmann, P. Riegel, G. Prévost, A. Masseron
| Article suivant Article suivant
  • E-14: Pneumopathies nosocomiales chez les patients séjournant au long cours en réanimation : caractéristiques cliniques et bactériologiques
  • H. Ezzouine, N. Harbouze, A. Benslama

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.