Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

F-02: Antibiothérapies anti-SARM dans le traitement probabiliste des bactériémies à Staphylococcus aureus au CHU d’Angers - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70159-3 
M. Delemotte 1, P. Abgueguen 1, M.-L. Joly-Guillou 2, N. Crochette 1, R. Mahieu 1, V. Rabier 1, Y.-M. Vandamme 1
1 Service des maladies infectieuses, Le Mans, France 
2 Laboratoire de bactériologie, Angers, France 

Résumé

Introduction – objectifs

La résistance à la méticilline du Staphylococcus aureus (SA) ne cesse de diminuer en France. Nous avons évalué la prescription des antibiothérapies probabilistes dans les bactériémies à SA et leur impact clinique.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective incluant les bactériémies à Staphylococcus aureus sur le CHU d’Angers entre novembre 2012 et septembre 2013 avec recueil de l’antibiothérapie prescrite au rendu « cocci gram (CG)+ », à J5, hospitalisation depuis plus de 5 jours ou dans les six derniers mois, signes de gravité clinique, mortalité à J5.

Résultats

Nous avons inclus 146 épisodes de bactériémies. A l’annonce de CG+, 10 patients étaient décédés, 38,2 % ont reçu un anti-SARM (n=52), 54,4 % un anti-SASM (n=74), 7,4 % aucun antibiotique (n=10). Parmi les bactériémies à SARM (n=23), 60,9 % (n=14) ont reçu une antibiothérapie initiale à visée SARM contre 36,3 % (n=41) pour les bactériémies à SASM (n=113) (OR=2,71, p=0,03). Cette adaptation semble influencée par une hospitalisation récente (OR=1,82 ; p=0,33) et la présence de signes de gravité (OR=1,87, p=0,23). Dans 21,4 % (n=6) des bactériémies à SASM, l’antibiothérapie anti-SARM n’a pas été désecaladée. La mortalité à J5 est 13 %. L’absence d’antibiothérapie dans les 24 premières heures (OR=2,97 ; p=0,046) et une prescription de C3G (OR=5,2, p=0,05) en monothérapie augmentent le risque de décès à J5.

Conclusion

L’antibiothérapie initale semble adaptée à l’histoire et la présentation des patients. L’initiation sans délai, la visée staphylococcique et la désescalade sont les éléments importants du traitement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 41 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • F-01: Bactériémies à SARM : quelle réalité ?
  • J. Renard, M. Etienne, F. Caron, M. Pestel-Caron
| Article suivant Article suivant
  • F-03: Bactériémies à Escherichia coli producteurs de BLSE dans le Nord – Pas-de-Calais : caractéristiques des patients, sensibilité aux antibiotiques, prise en charge thérapeutique
  • C. Cattoen, D. Descamps, A. Vachée, F. Wallet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.