Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

F-03: Bactériémies à Escherichia coli producteurs de BLSE dans le Nord – Pas-de-Calais : caractéristiques des patients, sensibilité aux antibiotiques, prise en charge thérapeutique - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70160-X 
C. Cattoen 1, D. Descamps 2, A. Vachée 3, F. Wallet 4
1 Centre hospitalier, Valenciennes, France 
2 Centre hospitalier, Béthune, France 
3 Centre hospitalier, Roubaix, France 
4 CHRU, Lille, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Un observatoire des infections à E. coli BLSE a été mis en place dans les hôpitaux du Nord – Pas de Calais. Sur 5 ans, l’incidence des infections impliquant ces souches a été multipliée par 2, le nombre d’infections systémiques par 3. Cette observation a justifié une étude ciblée sur les bactériémies afin de décrire les souches isolées, les patients et leur prise en charge théra-peutique.

Matériels et méthodes

Cette étude prospective a été menée en 2013 dans 17 hôpitaux volontaires. Les données étaient collectées selon un guide méthodologique par le microbiologiste lors de l’isolement d’une souche d’E. coli BLSE d’hémocultures, elles concernaient le patient (âge, facteurs de risques, motif d’hospitalisation, origine de l’infection), la souche isolée, la prise en charge thérapeutique et le devenir du patient à J10.

Résultats

L’étude a porté sur 183 bactériémies. Les patients (ratio h/f 0,66, âge moyen 76 ans) provenaient du domicile (71,6 %) ou d’institutions (24,6 %), étaient hospitalisés en service d’urgence (20,2 %) ou de médecine (42,1 %). Un (24,6 %) ou plusieurs (66,1 %) facteurs de risques étaient identifiés. Le point de départ de la bactériémie était urinaire (61,8 %) ou digestif (15,3 %). Parmi les molécules conservant une sensibilité, on retrouvait : la piperacilline-tazobactam (76,5 %), la cefoxitine (79 %), les carbapénèmes (100 %), l’amikacine (86,9 %). Après documentation, le traitement était modifié (65,6 %) majoritairement au profit d’un carbapénème (44,2 %). A J10 on notait une disparition du syndrome infectieux dans 76 % des cas. Un décès survenait chez 10,9 % des patients et était plus fréquent pour un point de départ pulmonaire (40 %) qu’urinaire (5,3 %)

Conclusion

Ces données objectivent un besoin de recommandations pour la prise en charge de ce type de situation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 41 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • F-02: Antibiothérapies anti-SARM dans le traitement probabiliste des bactériémies à Staphylococcus aureus au CHU d’Angers
  • M. Delemotte, P. Abgueguen, M.-L. Joly-Guillou, N. Crochette, R. Mahieu, V. Rabier, Y.-M. Vandamme
| Article suivant Article suivant
  • F-04: L’hémoculture unique pour le diagnostic des bactériémies
  • S. Dargere, E. Roupie, E. Wiel, R. Courcol, M. Pestel-Caron, L.-M. Joly, R. Leclercq

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.