Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

F-05: Étude de la mortalité à 1 an après bactériémie chez la personne âgée versus le sujet jeune : cohorte de 77 patients - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70162-3 
J. Galland 1, L. Karkowski 2, P. Carassou 2, G. Cinquetti 2, M. Cabon 2
1 CHU Nancy, Nancy, France 
2 HIA Legouest, Metz, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Beaucoup d’études retrouvent une surmortalité à court et moyen terme (jusqu’à 3 mois) après la survenue d’une bactériémie chez le sujet âgé par rapport au sujet jeune. Mais aucune étude n’a évalué la mortalité à 1 an.

Matériels et méthodes

Nous avons réalisé une étude monocentrique rétrospective de 78 patients ayant présenté une bactériémie en 2011 dans notre hôpital. Le but principal était d’étudier la mortalité à 1 an. Les buts secondaires étaient d’analyser la mortalité à J2, S1, M1, M3, M6 et de réaliser une étude descriptive des 2 groupes. Les patients étaient répartis en 2 groupes : sujet âgé > 65 ans (divisée en jeune-vieux de 65 à 74 ans, vieux de 75 à 84 ans, très vieux > 85 ans) et sujet jeune < 65 ans.

Résultats

Sur l’année 2011 nous avons recensé 77 bactériémies vraies : 48 sujets âgés et 29 jeunes. Il y avait une prédominance d’hommes (31/17) dans le groupe « sujet âgé » par rapport aux sujets jeunes (13/16). Le groupe « sujet âgé » présentait plus de syndrome confusionnel que le groupe « sujet jeune » (60 % vs 28 %, p=0,005), et d’apyrexie à l’admission (61 % vs 15 %, p=0,004). Les infections urinaires hautes étaient plus fréquentes chez le sujet âgé (31 % vs 10 %, p=0,021). L’étude microbiologique ne révélait pas de différence entre les 2 groupes pour le type de bactéries (68 % de BGN vs 66 %). Les patients âgés présentaient plus d’infections à BMR (49 % vs 41 %, p=0,43) et d’infections nosocomiales (31 % vs 14 %, p=0,07). L’antibiothérapie était plus souvent inappropriée chez le sujet âgé (28 % vs 10 %, p=0,049). Pour la mortalité à 1 an, on notait une surmortalité chez le sujet âgé mais sans significativité (44 % vs 24 %, p=0,075). La mortalité chez les sujets jeunes n’évoluait plus après 1 mois suivant la bactériémie (stable à 24 %), alors qu’elle continuait de croître jusqu’à 1 an pour le groupe « sujet âgé » (25 % à M1, 35 % à M3, 40 % à M6).

Conclusion

La mortalité à 1 an est plus élevée chez la personne âgée parmi les patients ayant présenté une bactériémie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 42 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • F-04: L’hémoculture unique pour le diagnostic des bactériémies
  • S. Dargere, E. Roupie, E. Wiel, R. Courcol, M. Pestel-Caron, L.-M. Joly, R. Leclercq
| Article suivant Article suivant
  • F-06: Épidémiologie des endocardites à La Réunion
  • L. Bellec, M.-P. Moiton, M. Lagrange, B. Kuli, O. Belmonte

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.