Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

G-09: Ostéite sternale primaire : une complication à long terme de la radiothérapie thoracique – Rapport de cinq cas et revue de la littérature - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70178-7 
H. Munoz-Pons 1, C. Cazorla 1, F. Suy 1, F. Forrest 1, A. Gagneux-Brunon 1, O. Tiffet 1, F. Lucht 1
1 CHU St-Etienne, Saint-Étienne, France 

Résumé

Introduction – objectifs

L’ostéite sternale primaire (OSP) est une maladie rare, ne représentant que 0,3 % de toutes les ostéomyélites. Il existe souvent un facteur prédisposant, mais la radiothérapie thoracique (RA) est rarement incriminée.

Matériels et méthodes

Nous rapportons cinq cas d’OSP favorisés par la RA, survenus entre 2004 et 2012 dans notre établissement, ainsi qu’une revue de la littérature. L’OSP est définie par une ostéite sternale survenant en dehors de toute chirurgie ou traumatisme, et sans foyer infectieux contigu. Seulement cinq cas similaires ont été publiés dans la littérature entre 1999 et 2012.

Résultats

L’OSP est souvent d’apparition subaiguë avec une douleur sternale, des signes inflammatoires locaux et généraux, voire la formation d’une masse présternale. C’est une complication post-radique à très long terme puisqu’elle apparaît en moyenne 28 ans après la RA dans notre série et 21 ans dans la littérature. Elle concerne surtout les femmes, de 67 ans d’âge moyen. Le diagnostic clinique est confirmé par une radiographie simple, un scanner et une biopsie avec examen bactériologique et anatomopathologique. La plupart des cas étaient des infections à SAMS. Le traitement nécessite une gestion pluridisciplinaire précoce avec débridement chirurgical large et antibiothérapie adaptée. Le pronostic est sévère avec une morbidité à long terme et un taux de mortalité élevés.

Conclusion

Nous rapportons ici la première série d’OSP, qui implique la RA comme facteur prédisposant. L’OSP est rare et donc difficile à diagnostiquer. Il est important de signaler l’existence de l’OSP post-radique aux cliniciens pour permettre un diagnostic précoce et un traitement adapté.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 47 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • G-08: Développement et mise en place d’Happy@feet, logiciel pour la prise en charge et le suivi des infections du pied diabétique
  • S. Fiquet, F. Desbiez, L. Kessler, N. Lefebvre, O. Lesens
| Article suivant Article suivant
  • G-10: Traitement antibiotique des spondylodiscites à pyogène
  • A. Dinh, I. Ghout, D. Mulleman, B. Marchou, M. Dupon, DTS Groupe, L. Bernard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.