Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

G-11: Activité de la ceftaroline dans les infections du pied diabétique - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70180-5 
G. Illes 1, I. Patry 1, X. Bertrand 1, C. Demoly 1, F. Schillo 1, L. Leroy 1, C. Chirouze 1
1 CHRU Besançon, Besançon, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Le spectre de la ceftaroline (CPT) couvre la plupart des bactéries Gram positif et Gram négatif impliquées dans les infections du pied diabétique (IPD), à l’exception des entérocoques et de Pseudomonas aeruginosa. Nous avons étudié l’activité de la CPT en comparaison à celle des antibiotiques usuels prescrits dans les IPD.

Matériels et méthodes

Les concentrations minimales inhibitrices (CMI) de la CPT, linézolide (LZ), daptomycine (DPC), vancomycine (VA) et teicoplanine (TP) pour les cocci à Gram positif (CGP), pipéracilline-tazobactam (PTZ), ertapénème (ETP) et imipénème (IPM) pour les bactéries à Gram négatif (BGN), ont été déterminées par la méthode E-test (Oxoid, Biomérieux), pour les souches isolées de prélèvements profonds per-opératoires d’IPD pendant l’année 2012. Les valeurs-seuils de CMI sont celles définies par le comité de l’antibiogramme de la Société Française de Microbiologie 2013.

Résultats

88 souches ont été isolées de 47 prélèvements chez 40 patients. Il s’agit de staphylocoques (n=43, 49 % : SAMS, n=18, SAMR, n=2 et staphylocoques à coagulase négative, n=17), BGN (n=15, 17 %), streptocoques (n=10, 11 %), entérocoques (n=8, 9 %), anaérobies (n=6, 7 %), autres (n=6, 7 %).

6/43 staphylocoques (14 %) sont résistants à la CPT : 6/6 sont des staphylocoques à coagulase négative résistants à la méticilline. Aucun staphylocoque n’est résistant au LZ, 7 % sont résistants à DPC, 5 % à VAN et 16 % à TP.

7/15 BGN (47 %) sont résistantes à la CPT. Aucune n’est résistante à IPM, 13 % sont résistantes à la PTZ et 7 % à l’ETP.

1/10 streptocoques et 2/6 autres bactéries sont résistants à CPT.

Conclusion

Dans cette série, la CPT est inactive sur 25 % des CGP et 50 % des BGN alors que les antibiotiques usuels conservent le plus souvent une activité. Ces résultats n’encouragent pas la prescription de la CPT comme antibiotique probabiliste dans les IPD.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 47 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • G-10: Traitement antibiotique des spondylodiscites à pyogène
  • A. Dinh, I. Ghout, D. Mulleman, B. Marchou, M. Dupon, DTS Groupe, L. Bernard
| Article suivant Article suivant
  • H-01: Une revue de 71 cas d’abcès cérébraux à pyogènes
  • M. Maalej, E. Elleuch, C. Marrekchi, B. Hammami, K. Ben Mahfoudh, M.-Z. Boudawara, M. Ben Jemaa

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.