Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

H-04: Méningites sur brèches ostéo-méningées : étiologies, prise en charge et évolution - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70184-2 
M. Morrier 1, M. Ogielska 1, C. Lebrun 1, C. De Gialluly 1, P. François 1, D. Garot 1, L. Bernard 1
1 CHU de Tours, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Description des caractéristiques des méningites sur brèches ostéo-méningées (MBOM).

Matériels et méthodes

Étude rétrospective (2006–2013) monocentrique des MBOM du sujet adulte.

Résultats

Cent-vingt-trois patients ont présenté au moins une méningite bactérienne documentée dont 19 étaient porteurs d’une brèche (15 %). L’âge moyen était de 51,2 ans. Onze sujets (57,9 %) étaient des hommes. Treize patients (68,4 %) ont nécessité un séjour en réanimation et 2 (10,5 %) sont décédés. L’origine de la brèche était un traumatisme crânien (TC) dans 7 cas (36,8 %), postchirurgicale dans 10 cas (52,6 %). Le délai entre la formation de la brèche et la survenue de la méningite était très variable. Une fuite de LCR était cliniquement constatée chez 58 % des patients (n=11). L’imagerie objectivant la brèche était un scanner simple dans 6 cas, un scanner avec coupes fines osseuses et/ou une IRM a été nécessaire dans les autres cas. En post-TC, la localisation de la brèche était frontale ou au niveau du rocher. Le pneumocoque était retrouvé dans 57,9 % des cas (11/19), et dans 100 % des brèches existant depuis plus d’un an (n=8). En cas de brèche plus récente, le staphylocoque et les BGN étaient prédominants. La fermeture chirurgicale de brèche (parfois répétée) ou la mise en place d’une dérivation ventriculaire externe étaient souvent requises.

Tous les patients ont reçu une antibiothérapie. Seuls 8 patients (42,1 %) ont reçu une corticothérapie concomitante. Huit patients (42,1 %) seulement ont été vaccinés après leur premier épisode. Trois patients (15,8 %) ont présenté au moins une récidive.

Conclusion

La MBOM est une pathologie grave et non rare (15 % des patients ayant présenté au moins une méningite). Elle nécessite une prise en charge médico-chirurgicale expérimentée, une recherche radiologique spécifique et une vaccination préventive.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 49 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • H-03: Empyème intracrânien
  • I. Kooli, C. Loussaief, M. Darmoul, H. Ben brahim, A. Toumi, M.-N. Hattab, M. Chakroun
| Article suivant Article suivant
  • H-05: Méningo-encéphalites herpétiques : étude rétrospective de 32 cas survenus au CHU de Strasbourg entre 2003 et 2013
  • X. Argemi, Y. Hansmann, M. Baldeyrou, N. Lefebvre, D. Christmann

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.