Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

H-07: Les formes neurologiques de la rickettsiose - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70187-8 
F. Smaoui 1, M. Koubaa 1, T. Hachicha 1, A. Znazen 2, D. Lahiani 1, A. Hammami 2, M. Ben Jemaa 1
1 Service des maladies infectieuses, CHU Hédi-Chaker, Sfax, Tunisie 
2 Laboratoire de microbiologie, CHU Habib-Bourguiba, Sfax, Tunisie 

Résumé

Introduction – objectifs

Les formes sévères de la rickettsiose représentent 6 à 10 % avec une mortalité de 32 %. L’atteinte neurologique constitue 28 % des formes graves avec un pronostic réservé. Le but était d’évaluer la fréquence des formes neurologiques de la rickettsiose et décrire leurs aspects cliniques et thérapeutiques.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective réalisée entre 1990 et 2013. Les patients inclus avaient une atteinte neurologique et une rickettsiose confirmée sérologiquement.

Résultats

Parmi 403 cas de rickettsiose, 26 avaient une atteinte neurologique (6 %) avec un âge médian de 51,5 ans. Le délai moyen de consultation était de 8,3 jours. La fièvre (100 %) et les céphalées (69 %) étaient les principaux signes fonctionnels. A l’examen, le syndrome méningé était prédominant (76 %) suivi de confusion (30 %) et autres signes psychiatriques (15 %). Une éruption caractéristique était présente dans 61 %. L’escarre d’inoculation était trouvée chez 2 patients. L’atteinte neurologique se résumait à une méningite (11 cas), une méningo-encéphalite (8 cas), une encéphalite isolée (4 cas), une cérébellite (1 cas), une atteinte du nerf VIII (1 cas) et une hémorragie méningée (1 cas). Une méningite lymphocytaire normoglycorachique et normoprotéinorachique était l’anomalie la plus fréquente du LCR. La sérologie de Rickettsia conorii était positive dans 76 %. Le traitement de première intention était une fluoroquinolone (61 %) et des phénicolés (34 %). La durée moyenne de traitement était 17 jours. L’évolution était favorable sans séquelles (19 cas), avec des séquelles psychiques (2 cas) et fatale (5 cas).

Conclusion

Les formes neurologiques de la rickettsiose sont de plus en plus fréquentes. Leur tableau clinique est polymorphe. Elles sont graves et méritent une attention particulière pour leur prise en charge clinique et thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 49 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • H-06: Complications neurologiques au cours de la fièvre boutonneuse méditerranéenne
  • A. Berriche, L. Ammari, R. Abdelmalek, F. Kanoun, A. Ghoubontini, B. Kilani, H. Tiouiri Benaissa
| Article suivant Article suivant
  • H-08 : Diagnostic et prise en charge des méningites à entérovirus
  • M.-O. Vareil, S. Kassab, C. Le-Cornec, H. Wille, H. Fleury, C. Cazanave, D. Neau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.