Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

I-04: Profil épidémiologique des pneumopathies aiguës communautaires aux urgences - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70193-3 
K. Khaleq 1, G. Tchamdja 1, H. Louardi 1
1 CHU IBN ROCHD, Casablanca, Maroc 

Résumé

Introduction – objectifs

Les pneumopathies aigues communautaires (PAC) constituent un des motifs les plus fréquents de consultation aux urgences [1], greffées d’une mortalité élevée. Le but de notre étude est d’établir un profil épidémiologique de ces infections admises dans le service d’accueil des urgences.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective étalée sur 3 ans, incluant tous les patients adultes admis pour une PAC définie par l’association d’une opacité parenchymateuse visible sur le cliché radiologique, d’un syndrome infectieux, des signes respiratoires apparus dans les 48 heures suivants l’admission. Les paramètres étudiés sont : les données démographiques, cliniques, paracliniques et évolutives.

Résultats

11 033 Hospitalisations ont été enregistrées pendant la période d’étude dont 200 cas de PAC (incidence globale de 1,8 %). On note une prédominance masculine (sex-ratio de 1,75). L’âge moyen des patients était de 52,33 ans. Les comorbidités les plus fréquentes étaient le diabète (58 cas), le tabagisme chronique (54 cas), la BPCO (18 cas). Le délai moyen d’admission était de 4 jours. La polypnée et la désaturation étaient les maîtres symptômes cliniques. Le syndrome alvéolaire et interstitiel étaient les anomalies radiologiques les plus rencontrées. 79 patients avaient un score de CURB-65 ≤ 1 tandis que 96 étaient de classe IV selon le score de FINE. Le taux de mortalité était de 59 % dont la principale cause était le choc septique. Les facteurs pronostiques en univariée étaient : le sexe féminin, la fièvre, la détresse hémodynamique, la détresse neurologique, la SP02 < 93 %, recours aux drogues vasoactives, CURB-65 = 3 et FINE > 120. En multivariée, la BPCO et la FR > 30 cycles/mn étaient des facteurs péjoratifs.

Conclusion

la mortalité d’origine respiratoire reste élevée dans le contexte de l’urgence car seuls les cas graves arrivent aux urgences. Une antibiothérapie précoce et adaptée pourrait donc améliorer le pronostique des patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 52 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • I-03: Facteurs associés à la prescription et délivrance des antiviraux en médecine de ville dans le traitement de la grippe pandémique et saisonnière
  • F. Geffrier, T. Turbelin, A. Mosnier, C. Laouénan, B. Lambert, C. Leport, T. Blanchon
| Article suivant Article suivant
  • I-05: Un nouveau facteur de risque de mortalité pour les pneumonies aiguës communautaires hospitalisées : la pathologie rythmique cardiaque
  • H. Barazzutti, J. Miltgen, A. Bonnichon, P.-L. Massoure, C. Marimoutou, F. Simon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.