Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

J-01: Les recommandations n’ont qu’une influence limitée sur la prise en charge des infections urinaires en médecine générale - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70198-2 
A. Seve 1, M. Garcia 1, C. Godet 1, G. Le Moal 1, F. Roblot 1, G. Béraud 1
1 CHU de Poitiers, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Les médecins généralistes sont quantitativement les premiers prescripteurs d’antibiotiques, et les infections urinaires sont leur principale source de prescription d’antibiotique. Une évaluation des pratiques dans ce domaine peut donc être représentative du bon usage des antibiotiques en médecine générale.

Matériels et méthodes

Nous avons réalisé en juin 2013 un sondage auprès de médecins généralistes concernant la prise en charge de cas d’infection urinaire, suivant la méthodologie de Gyssens et les recommandations de 2008.

Résultats

87 médecins généralistes ont décrit 145 cas d’infection urinaires. L’antibiothérapie n’était pas recommandée dans 31 cas (21 %), surtout en cas de patient masculin (p<0,01) et d’infection compliquée (p<0,01). En cas antibiothérapie indiquée, il y avait une meilleure alternative dans 27 cas (19 %), surtout en cas d’infection simple (p<0,01). Si le choix était correct, la posologie était inadéquate dans 6 cas (4 %), surtout en cas d’infection compliquée et récurrente (p=0,037). Si la posologie était correcte, la durée ne l’était pas dans 13 cas (9 %), surtout en cas de sujet agé (p=0,03), de pyélonéphrite (p<0,01) et d’infection récurrente (p=0,022). La prescription suivait les recommandations dans 47 % des cas, plus fréquemment si le généraliste était jeune (50 ans) (p=0,017) et si le patient était jeune (p=0,02). L’antibiotique le plus fréquemment utilisé de manière approprié était la fosfomycine trometamol (56 cas) (97 %) à l’opposé des betalactamines (1 cas) (5 %). L’infection la plus fréquemment traitée de manière adéquate était la cystite simple (54 cas) (54 %), à l’opposé de la prostatite (13 cas) (23 %).

Conclusion

L’adhérence des généralistes aux recommandations sur les infections urinaires est inconstante et varie selon l’antibiotique utilisé et le type d’infection, ce qui pourrait correspondre à l’influence persistante des recommandations plus anciennes, ou de difficultés diagnostiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 54 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • I-08 Intérêt des tests du pouvoir bactéricide des associations antibiotiques dans les colonisations à Burkholderia chez les patients atteints de mucoviscidose
  • J.-C. Gagnard, B. Jaulhac, L. Weiss, D. Christmann, F. Jehl, Y. Hansmann
| Article suivant Article suivant
  • J-02: Augmentation alarmante des IST dans la population homosexuelle masculine vivant avec le VIH en région parisienne
  • D. Zucman, S. Dimi, C. Majerholc, E. Fourn, T. Sené, E. Farfour

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.