Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

K-02: Lymphopénie CD4 dans les différentes formes de tuberculose chez les patients non infectés par le VIH - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70207-0 
M. Raberahona 1, R.-A. Rakotoarivelo 1, M. Ratsarazaka 1, R.-L. Andrianasolo 1, M.J.D. Randria 1
1 Service des maladies infectieuses HUJRB, Antananarivo, Madagascar 

Résumé

Introduction – objectifs

La tuberculose est une infection chronique dans laquelle la réponse immunitaire à médiation cellulaire joue un rôle majeur dans le contrôle de l’infection. Notre objectif est de décrire la modification du taux de CD4 au cours des différentes formes de tuberculose chez les patients non infectés par le VIH.

Matériels et méthodes

Tous les patients de plus de 15 ans présentant une tuberculose active non encore traitée, avec une sérologie VIH négative ont été recrutés durant une période de 6 mois dans notre service. Un groupe-témoin ayant les mêmes caractéristiques démographiques, n’ayant ni tuberculose ni autres facteurs d’immunodépression, a été recruté durant la même période.

Résultats

Le taux moyen de CD4 par mm3 était significativement bas chez les 27 patients tuberculeux en comparaison avec le groupe-témoin (302,6±187,8 vs 704,4±176,2 ; p<0,001). Les différentes formes de tuberculose étaient pulmonaires (n=8 ; 29,6 %), extrapulmonaires (n=16 ; 59,3 %) et l’association de ces deux formes (n=3 ; 11,1 %). Le taux de CD4 était inférieur à 200/mm3 chez 13 patients (48,2 %), entre 200 et 500 chez 8 patients (26,6 %) et supérieur à 500 chez 6 patients (22,2 %). Le taux moyen de CD4 par mm3 était de 331,5±207,0 dans les formes pulmonaires, 314,9±190,7 dans les formes extrapulmonaires et 159,3±15,5 au cours de l’association de ces deux formes. Le taux moyen de CD4 par mm3 était plus bas chez les 5 patients tuberculeux décédés (251,6±106,2) par rapport à ceux qui ne l’étaient pas (314,1±201,8) mais cette différence n’était pas significative (p= 0,5121).

Conclusion

La lymphopénie CD4 est une anomalie fréquemment retrouvée au cours de la tuberculose indépendamment de sa forme et de sa gravité chez les patients non infectés par le VIH.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 57 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • K-01: Tuberculose pulmonaire : intérêt du scanner de fin de traitement
  • C. Fock-Yee, F. Méchaï, D. Bouvry, O. Bouchaud, M. Brauner, P.-Y. Brillet
| Article suivant Article suivant
  • K-03: Tuberculose pulmonaire bacillifère : intérêt de l’amikacine en début de traitement ?
  • F. Méchaï, M. Gousseff, N. Vignier, M. Tatay, O. Bouchaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.