Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

K-09: Tuberculose extra-pulmonaire chez les patients infectés par le VIH - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70214-8 
F. Razik 1, S. Abidi 1, F.-Z. Bensadoun 1
1 Service d’infectiologie CHU, Oran, Algérie 

Résumé

Introduction – objectifs

La TBC reste la première infection opportuniste révélatrice de l’infection à VIH/sida chez nos patients, les localisations extra-pulmonaire représentent plus de la moitié des co-infections TBC/VIH. L’objectif de ce travail est de rapporter les différentes localisations extra-pulmonaires notifiées chez les patients infectés par le VIH et les modalités de leur prise en charge.

Matériels et méthodes

Étude rétrospective de dossiers de TBC extra-pulmonaire survenues chez des patients infectés par le VIH, pris en charge durant la période 2000-2012 au service d’infectiologie du CHUO.

Résultats

Nous avons colligé 287 cas de TBC extra-pulmonaire soit 56 % de l’ensemble des co-infections TBC/VIH. Nous avons notifié 155 hommes et 132 femmes avec un âge moyen de 33 ans. Pour 123 patients (43 %), la TBC était révélatrice de l’infection à VIH et pour 72 patients (25 %) la durée d’évolution avant le diagnostic de la TBC était supérieur à 3 mois. Parmi les localisations notifiées, nous avons : 94 cas ganglionnaire (33 %), 51 cas neuro-méningés (18 %), 50 cas hématopoïétiques (17,5 %), 43 cas digestives (15 %) et 49 cas de TBC multi-viscérales (17 %). Les signes d’imprégnation tuberculeuse étaient présents chez 89 patients (31 %), 122 patients (42 %) avaient un statut immunitaire très bas. La culture du BK était positive 4 fois dans le LCR et 211 dans le liquide d’aspiration gastrique (73 %), l’étude d’anatomo-pathologie était en faveur de la TBC pour 80 cas (28 %). Le délai moyen d’introduction des ARV était de 25 jours après le début des antituberculeux, le SRI était à l’origine de déclaration de TBC chez 29 patients (10 %). L’évolution était favorable pour 258 cas (92,69 %), à noter 21 décès soit 7,31 %.

Conclusion

La TBC extra-pulmonaire n’est pas rare, elle représente plus de la moitié des co-infections TBC/VIH. En plus du polymorphisme clinique et biologique habituel de la TBC, l’immunodépression profonde est souvent à l’origine du retard du diagnostic compliquant ainsi d’avantage sa prise en charge diagnostic et thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 59 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • K-08: Tuberculose : déterminants de la perte de vue
  • A. Charmillon, N. Vignier, O. Bouchaud, F. Méchaï
| Article suivant Article suivant
  • K-10: La tuberculose péritonéale : analyse de 37 cas
  • T. Hachicha, M. Koubaa, F. Smaoui, B. Hammami, K. Rekik, K. Sellami, M. Ben Jemaa

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.