Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L-05: Étude des facteurs de risque de gravité de la ciguatéra parmi une cohorte hospitalière polynésienne et conséquences sur la prise en charge en structure de soins de santé primaires - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70220-3 
J. Bouchut 1, E. Oehler 1, F. Valour 2
1 CH de Polynésie française, France 
2 CHU de Lyon, France 

Résumé

Introduction – objectifs

Le but de cette étude est de trouver des facteurs de risque de gravité de ciguatéra parmi une cohorte du centre hospitalier de Polynésie française. L’objectif secondaire est d’évaluer le recours au système de soins primaires.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude épidémiologique rétrospective descriptive et analytique réalisée sur les dossiers de janvier 2005 à décembre 2012. Étaient inclus les dossiers codés T61,0 selon la CIM-10 de l’OMS. Étaient exclus : les dossiers perdus, les erreurs de diagnostic ou de codage. La présence d’un des signes suivants était considérée comme grave : FC 60 bpm nécessitant de l’atropine, PAs 90mmHg, T° 35 °C ou déficit neurologique sévère. Une régression pas à pas a été utilisée pour l’analyse multivariée. Une valeur de p<0,05 était significative. Les critères d’évaluations de l’objectif secondaire étaient le mode d’arrivée aux urgences, l’existence d’une consultation et d’un traitement préalable.

Résultats

Au total, 181 patients ont été inclus : 133 sévères et 48 non sévères. L’existence de douleurs abdominales requérant des antispasmodiques était associée à l’état de gravité (OR=2,6 ; IC95 : 1,03-6,7 ; p=0,04) de même que le délai d’hospitalisation (OR=0,808 ; IC95 : 0,692-0,943 ; p=0,007). Concernant l’objectif secondaire : 74 % (112 sur 151) des patients ont recouru spontanément aux urgences, 26 % (47 sur 181) avaient consulté auparavant. Seuls 49 % (23 sur 47) avaient bénéficié d’un traitement.

Conclusion

Les épisodes sévères de ciguatéra chez les patients hospitalisés sont associés avec des douleurs abdominales nécessitant l’administration d’antispasmodique. La présence de telles douleurs doivent alerter le praticien et motiver une surveillance rapprochée. Le recours aux soins primaires n’est pas une perte de chance pour le patient. Une plus large prescription des thérapeutiques disponibles semble nécessaire afin d’éviter d’engorger les urgences.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 61 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L-04: Enquête sur l’application en routine des recommandations pour le traitement curatif des accès à Plasmodium vivax/ovale
  • J.-F. Faucher, A.-P. Bellanger, S. Niyaz, L. Hustache-Mathieu, B. Hoen, C. Chirouze
| Article suivant Article suivant
  • L-06: Évacuations médicales par voie aérienne des militaires français dans un centre hospitalier référent : spectre étiologique des infections associées au voyage
  • C. Rapp, O. Aoun, C. Ficko, D. Andriamanantena, C. Flateau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.