Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

L-09: Conséquences d’un arrêt des rappels anti-amarils sur l’activité des centres de vaccinations internationales (CVI) - 25/06/14

Doi : 10.1016/S0399-077X(14)70224-0 
B. Wyplosz 1, J.-P. Leroy 2, O. Derradji 1, L. de Gentile 3, O. Bouchaud 4, P.-H. Consigny 5
1 CHU Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, France 
2 CHU Rouen, Rouen, France 
3 CHU Angers, Angers, France 
4 CHU Avicenne, Bobigny, France 
5 Institut Pasteur, Paris, France 

Résumé

Introduction – objectifs

En avril 2013, le groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS sur l’immunisation (SAGE) a établi qu’une injection vaccinale anti-amarile unique procurait une immunité protectrice à vie en population générale. L’objectif de notre étude était d’évaluer les conséquences de l’arrêt des rappels anti-amarils sur l’activité des CVI.

Matériels et méthodes

Chaque CVI (CHU Bicêtre, CHU Rouen, Institut Pasteur) a collecté les données de vaccination fièvre jaune de tous les voyageurs consultant pour une vaccination anti-amarile pendant 1 semaine de l’été 2013. Les sujets étaient classés selon leur(s) destination(s) en 2 catégories : présence d’une obligation vaccinale au titre du Règlement Sanitaire International ou recommandation vaccinale seule.

Résultats

Durant la période de l’étude, 1 037 voyageurs ont consulté pour une vaccination fièvre jaune avant un départ en zone d’endémie amarile : 67,7 % (n=702) venaient pour une primovaccination et 32,3 % (n=335) pour un rappel. Parmi les sujets consultant pour un rappel, 25,5 % (n=265) relevaient d’une obligation vaccinale et 6,8 % (n=70) n’en relevaient pas. Dans ce dernier cas, la revaccination n’a pas été systématique, conformément aux recommandations du SAGE de 2013.

Conclusion

L’application des recommandations du SAGE de 2013 de ne plus faire de rappel anti-amaril en population générale a déjà pu entraîner une diminution de l’activité des CVI de 6 %.

Une généralisation de ces recommandations à l’ensemble des voyages en zone amarile aurait un retentissement encore plus significatif, puisqu’il concernerait 32,3 % de l’activité de vaccination anti-amarile dans nos 3 CVI.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 6S

P. 62 - juin 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L-08: Pathologies infectieuses chez les migrants subsahariens : aspects épidémiologiques
  • L. Badaoui, G. Dabo, R. Bensghir, M. Sodqi, L. Marih, A. Chakib, K. Marhoum El filali
| Article suivant Article suivant
  • L-10: Tétanos de l’adulte : une maladie meurtrière de prévention facile
  • M. Raberahona, R.-A. Rakotoarivelo, M. Ratsarazaka, R.-L. Andrianasolo, M.J.D. Randria

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.